7 Juillet 2018

Sénégal: Relance definitive de la Nsts - Moustapha Diop annonce des pistes de solution

Le ministre de l'Industrie et de la Petite et Moyenne industrie s'est rendu, jeudi, à la Nouvelle société textile sénégalaise (Nsts) pour s'enquérir des difficultés que traverse cette entreprise. Il a annoncé de nombreuses pistes de sortie de crise qui seront mises en œuvre pour une relance définitive de la Nsts.

Le ministre de l'Industrie et de la Petite et Moyenne industrie a visité, avant-hier, la Nouvelle société textile sénégalaise (Nsts). Moustapha Diop a trouvé une Nsts à l'arrêt depuis plus de 8 mois. Même si un plan de relance a été annoncé depuis 2015, la société tourne au ralenti. Le directeur de la société, Ibrahima Macodou Fall qui a accueilli le ministre et sa délégation informe que des investissements importants ont été réalisés pour l'achat de machines.

M. Fall a voulu les montrer à ses hôtes du jour. Grâce à l'intervention de l'Etat, la Nsts a pu se relancer avec le démarrage de l'activité de filature.

Le tissage qui nécessite de gros investissements, n'a toujours pas repris. Le ministre Moustapha Diop, après avoir fait le tour de la société, a pu noter que « la Nsts est au bord du gouffre ». Dans les salles, certaines machines, à l'arrêt depuis très longtemps, sont recouvertes de poussière.

Même si elles peuvent toujours fonctionner, elles nécessitent un grand nettoyage. L'arrêt de la Nsts, selon le ministre de l'Industrie, est dû au « non renouvellement de la ligne de crédit annuel de 400 millions de FCfa par la Bnde ».

Pour la relance de l'usine, la Banque nationale de développement économique (Bnde) donnait 400 millions de FCfa. Cependant, celle-ci n'a pas respecté ses engagements de remboursement. Ainsi, la banque a fini par ne pas renouveler cette ligne de crédit.

A cause de cet arrêt, informe le ministre, plus de 160 employés sont au chômage. Toutefois, il indique que le gouvernement est déterminé à aider la Nsts à sortir de cette situation. A la date du 9 mai 2018, rappelle-t-il, le comité de restructuration des entreprises en difficulté s'est réuni pour se pencher sur le cas de cette société.

Lors de cette rencontre, révèle le ministre, plusieurs solutions de sortie de crise ont été proposées. La première, dit-il, est d'amener la Bnde à accepter d'acquérir une partie du foncier de la Nsts pour recouvrer ses créances. La deuxième proposition a été de demander à la Nouvelle société textile sénégalaise d'accepter de vendre son foncier hors usine pour financer son fonds de roulement.

Le comité de relance des entreprises en difficulté avait aussi proposé l'entrée du Fonsis dans l'actionnariat de la Nsts pour contrôler l'activité. La dernière proposition de sortie de crise, ajoute Moustapha Diop, est de négocier avec la Bnde pour qu'elle puisse refinancer le fonds de roulement.

« Pour le besoin en fonds de roulement, dès ce lundi, nous avons une réunion avec le directeur de la Nsts pour voir comment lever des fonds sur le marché financier permettant à la Nsts de redémarrer très rapidement ses activités », indique le ministre.

Sénégal

Jeux Olympiques Jeunesse - Botswana, Nigéria, Sénégal et Tunisie candidats

Le CIO (Comité International Olympique) a dévoilé mercredi les noms des pays candidats à… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.