9 Juillet 2018

Sénégal: Qui face à Macky Sall à la présidentielle de 2019 ?

analyse

A moins d'un an de l'élection présidentielle, les choses ne sont pas précises au Sénégal. Si Karim Wade est hors de course, Khalifa Sall, est incertain. Mais la réélection de Macky Sall n'est pas pour autant acquise.

Entre une opposition divisée et un potentiel challengeur, l'horizon n'est pas clair dans le landerneau politique sénégalais. Tout peut arriver. D'ici février 2019, les électeurs font face à un horizon assombrit.

Qui face à Macky Sall?

"En l'état, Karim est éliminé, Khalifa est presque éliminé. Qui resterait?". Cette équation d'Ibrahima Bakhoum est partagée par de nombreux sénégalais. Karim Wade hors de course, Khakifa Sall en sursis, la voie est-elle ouverte pour Macky Sall vers la victoire ?

C'est l'avis de Farba Senghor, proche de l'ancien président Abdoulaye Wade. "L'opposition est orgueilleuse, elle ne veut pas se mettre derrière un candidat. A mon avis, s'ils ne font pas attention, Macky passerait au premier tour", explique-t-il.

Plusieurs appelés, au final un seul élu

Docteur Yacine Diagne, enseignante en marketing politique pense que rien n'est gagné d'avance.

"La voie n'est jamais balisée pour n'importe quel candidat à des élections présidentielles ou autres types d'élections. Des surprises peuvent toujours avoir lieu. Donc les dés ne sont pas jetés, contrairement à ce que certains pensent. Tout est possible", souligne l'enseignante en marketing politique.

Ibrahima Bakhoum est analyste politique. Il pense qu'un outsider pourrait barrer la route au président sortant. "En face de Macky Sall, il y a d'autres dont on ne parle presque jamais et qui peuvent effectivement être des alternatives en termes d'opinions des choix des Sénégalais. Un autre peut être en train de combiner en bas et le président a, malgré tout, besoin d'être extrêmement vigilent par rapport à ça", estime M. Bakhoum.

Quel candidat pourra tenir tête à Macky Sall en 2019 ? Bacary Domingo Mané, journaliste politique estime que le chef de file du Rewmi peut être l'homme de la situation : "Moi je pense que Idrissa Seck fera l'affaire. Je pense qu'il l'a montré par le discours qui tienne. Il a créé la dualité entre lui et le président Macky. Aujourd'hui, on ne parle que de lui et de Macky Sall."

Une position que ne partage pas Farba Senghor. Pour lui, son ancien camarade de parti ne peut pas faire l'affaire : "Idrissa Seck avait choisi de créer une bipolarisation artificielle, qui était basée sur le Idy-Macky ; Idy-Macky. Malheureusement il s'en est pris très tôt et maladroitement il a trop tiré sur la ficelle et elle s'est cassée:"

A sept mois des élections, le champ politique offre peu de visibilité et de lisibilité. En attendant d'y voir plus clair, tensions et passions politiques rythment le quotidien des électeurs sénégalais.

Sénégal

Gouvernance de Macky Sall - De la corruption à ciel ouvert au népotisme exacerbe

«La loi est la loi. Et nul n'est au-dessus des lois. Pas même le président» Barack OBAMA Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.