9 Juillet 2018

Sénégal: Les nouvelles applications virtuelles et les chamboulements crées par les reseaux sociaux - Une opportunité à saisir par les opérateurs, selon le Restic

«Aujourd'hui, la croissance extraordinaire dans le secteur des TIC ou du numérique est portée par les GAFA (Google Amazon facebook Apple) qui sont au top des dernières innovations lesquelles sont l'aiguillon dans le secteur des télécommunications car, il faut créer ou générer du trafic des données pour donner de l'activité aux opérateurs.»

C'est le Rassemblement des Entreprises du Secteur des Technologies de l'Information et de la Communication (RESTIC) qui réagit ainsi suite au rapport du Cabinet conseil TACTIKOM sur «L'urgence absolue» pour les acteurs du secteur de l'électronique d'avoir une«maîtrise totale» sur les nouvelles applications (Facebook, WhatsApp et Skype) afin d'assurer la survie de certains opérateurs.

A travers un communiqué daté d'hier dimanche, le RESTIC, rappelle d'abord que «nous sommes dans un écosystème dont la croissance est de plus en plus portée par les fournisseurs de contenu (content providers) et que la forte demande des service de télécom provient des applications de plus en plus gourmande en connectivite ; internet nomade pour les operateurs mobiles et bande passante. Donc l'un ne peut pas aller sans l'autre.» Mieux, selon le RESTIC, les opérateurs sont ainsi «les premiers bénéficiaires des applications en vogue (facebook, whattsapp, site commerce électronique, etc.), avec l'explosion de la demande en connectivite et bande passante et la disponibilité des terminaux intelligents ou Smartphones.»

Dès lors, conseille cette organisation, «la meilleure posture pour les opérateurs pour pérenniser leur business modèle est l'intégration des dernières innovations et surtout les investissements dans le big data et surtout dans le contenu. Ainsi nous voyons déjà le mariage entre internet et la télévision ou internet et le câble; le cuivre du téléphone supporte aussi les signaux qui apportent le broadcaste ou la télévision.» C'est pourquoi, là où le rapport voit une «menace pour les opérateurs» le RESTIC y perçoit une «opportunité extraordinaire pour les opérateurs de développer les contenus ; notamment locaux pour le cas du Sénégal et surtout de booster la compétitive des services avec des tarifs et des offres adaptés», précise la source.

D'ailleurs lit-on dans le texte, «les opérateurs ne sont plus dans des marchés captifs mais plutôt dans un marché concurrentiel porté par l'innovation et le contenu. Ces bouleversements auxquels le secteur des télécoms font face doivent également pousser les régulateurs à une nouvelle approche basée sur la Co-régulation et l'accompagnement dans les services numériques dont les SVA (Services à valeur ajouté) et les OV (operateurs virtuels).» Présentant son rapport sur les nouvelles applications virtuelles, le mercredi 04 juillet 2018 à Dakar l'ingénieur en télécommunications Pape Gorgui Touré avait averti sur les chamboulements que les réseaux sociaux peuvent engendrer et qui peuvent impacter négativement les opérateurs qui ont en charge les tuyaux.

Sénégal

Gouvernance de Macky Sall - De la corruption à ciel ouvert au népotisme exacerbe

«La loi est la loi. Et nul n'est au-dessus des lois. Pas même le président» Barack OBAMA Plus »

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.