10 Juillet 2018

Burkina Faso: Procès du putsch manque l'adjudant-chef major Eloi Badiel reconnaît avoir fait arrêter les autorités de la transition

Les audiences des accusés dans le cadre du putsch manqué de septembre 2015 ont repris ce 9 juillet dans la Salle des Banquets de Ouaga 2000, avec l'audition de Ouékouri Kossè qui a cédé la place à l'adjudant-chef major Eloi Badiel, poursuivi pour sa participation au putsch manqué. De 9h 07mn à 13h 12mn, l'adjudant-chef major a répondu aux questions des avocats de la partie civile, de la défense, du parquet militaire et du président du tribunal. Il a reconnu avoir fait arrêter les autorités de la Transition.

Il est 9h 07mn. L'adjudant Ouékouri Kossè est appelé à la barre pour la suite de son audition, ce 9 juillet 2018. Il confie avoir pris part à une mission au domicile de feu Salifou Diallo, ancien président de l'Assemblée nationale, qui était saccagé par des vandales. Cela, sur ordre du major Badiel qui a reçu l'ordre de faire embarquer des éléments pour aller faire du secourisme au domicile en flammes. « Qu'avez-vous constaté », lui a demandé le président du tribunal, Seidou Ouédraogo ? « Des badauds autour, avec un d'entre eux qui saignait ». « Comment avez-vous dispersé les pillards ? »

A cette question du président du tribunal, il a dit qu'à leur apparition sur les lieux, ceux-ci ont commencé à fuir, indiquant que lui et le major étaient descendus du véhicule sans armes. Les deux sont rentrés dans la cour avec le major Badiel pour chasser les pillards qui volaient qui de petits objets, qui des objets de valeur. Ils ont pu disperser les pillards et lui, il a pu ramener bien des objets volés au domicile. Les soldats Manli et Simporé sont arrivés en taxi sur les lieux et les ont rejoints. Il a dit n'avoir pas su qui a désarmé Manli parce que lui, il n'était pas allé en mission pour désarmer quelqu'un.

A la question de savoir si en dehors de la rencontre avec les sages il a assisté à une autre rencontre, l'adjudant Kossè a confié avoir pris part à la rencontre à la salle polyvalente de la présidence du Faso, à l'arrivée du président Macky Sall du Sénégal où il était question d'amnistier les putschistes. L'adjudant Kossè a dit être désolé d'avoir été chez Salifou Diallo pour aider et y empêcher le vandalisme, du fait qu'on l'a accusé pour cela, selon ses mots. Il a assuré que prochainement, même s'il voit une personne en panne, il « bombe » sans lui porter secours.

Réagissant au parquet dans ce qu'il a considéré comme une invocation de l'article 67 du Code pénal pour faire porter les charges par des accusés, Me Timothée Zongo, un des avocats de la défense, a fait savoir qu'historiquement, lorsqu'on parle de putsch au Burkina et qu'on évoque des morts, des cadavres, cela n'est pas vrai, à son avis, puisque, a-t-il dit, il y a déjà eu des putschs sans mort d'homme, citant les putschs de Saye Zerbo, de Jean-Baptiste Ouédraogo au passage.

« On s'est concerté pour tout mettre sur ma tête »

A 9h 47mn, l'adjudant-chef major Eloi Badiel est appelé à la barre. Agé de 52 ans, il est marié et père de 4 enfants. Il doit répondre des chefs d'inculpation, à savoir attentat à la sûreté de l'Etat, enlèvement et séquestration des autorités de la Transition, responsable de la mort de 13 personnes et de coups et blessures volontaires sur 49 personnes.

A cette notification qui lui a été faite par le président du tribunal, le major Badiel a dit qu'il a l'impression que les gens se sont concertés pour tout mettre sur sa tête. Il a reconnu partiellement les faits. Il reconnaît avoir fait arrêter les autorités de la Transition, à savoir le président Michel Kafando, le Premier ministre Yacouba Isaac Zida et les ministres Augustin Loada et René Bagoro.

Il a rejeté l'accusation pour meurtre, coups et blessures volontaires. Il a confié que c'est l'adjudant-chef Roger Koussoubé qui lui a donné l'information, à savoir que le Général Diendéré a demandé d'arrêter les autorités ci-après citées. Et l'explication que l'adjudant-chef Koussoubé lui a donnée, c'est qu'il y avait un dossier concernant le RSP à l'ordre du jour du Conseil des ministres du 16 septembre 2015, en l'occurrence la dissolution de ce corps. Il a dit s'être réservé sur-le-champ parce qu'une telle mission lui paraissait dangereuse et nécessitait une préparation, selon ses mots.

Dubitatif, en plus, sur la vérité ou la justesse de l'information reçue, il a dit avoir demandé qu'ils aillent voir l'adjudant Jean Florent Nion devant qui Koussoubé est revenu sur l'information donnée. Après cela, le major a dit être rentré à la maison. L'adjudant Nion qui s'était porté volontaire pour vérifier l'information de Koussoubé, a contacté celui-ci à cet effet, selon le major. Autour de 13h, Koussoubé l'a appelé pour qu'il vienne au camp.

Arrivé, sans ses téléphones, Nion lui a confirmé que c'est le Général qui a donné l'ordre. Les éléments étaient prêts et engagés pour l'arrestation et il ne pouvait plus reculer, selon ses mots. « C'est mieux de rester à côté plutôt que de chercher à fuir, en pareille situation », a-t-il soutenu à la barre, précisant que s'il tentait autre chose, ce n'est pas sûr qu'il serait aujourd'hui à la barre. Il a dit avoir donc fait appel à l'adjudant Mamadou Bouda, en plus de Koussoubé, Kossè et Nion pour les besoins de l'arrestation des autorités, mais celui-ci a refusé d'en faire partie. Il a précisé, en citant Koussoubé, que le Général a dit de venir le chercher lorsqu'ils auront fini.

Précisant d'agir sans tirer de coup de feu, le major a ainsi fait arrêter les autorités par Moussa Nébié, Ouékouri Kossè, Jean Florent Nion qui les ont conduits au palais, la résidence du président du Faso, en attendant l'arrivée effective de Diendéré pour les voir, comme cela lui avait été dit. Lorsque les militaires sont allés chercher Diendéré à son domicile, celui-ci est allé au Poste de commandement, au lieu d'aller rencontrer les autorités aux arrêts où attendait le major, selon les explications de celui-ci à la barre.

« Avez-vous rendu compte à votre supérieur hiérarchique lorsqu'on vous a dit de faire arrêter les autorités ? » En réponse à cette question du parquet, le major Badiel a répondu par la négative, indiquant que son commandant, le capitaine Dao, était à Bobo et lui, il préférait toujours rendre compte physiquement au lieu d'utiliser le téléphone.

« C'est quand on arrive à la barre qu'on l'on trouve que c'est grave, sinon en tant que militaire qui reçoit un ordre, j'exécute »

Il a dit au parquet qui lui a demandé où était le chef de corps, qu'il n'avait pas la position de ce dernier.

- « Est-ce normal d'arrêter les autorités », a ajouté le parquet ?

- « Nous sommes des exécutants, c'est mieux de poser cette question à plus gradé que moi », a dit le major Badiel

- « Pourquoi avoir fait venir l'adjudant Bouda ? »

- « Parce qu'il maîtrise le palais depuis le temps du président Blaise Compaoré. »

- « Pour que le Général voie les autorités, aviez-vous besoin de les arrêter ? »

- « Je préfère que vous posiez cette question au Général Diendéré.»

- « Pourquoi avoir amené Koussoubé pour voir l'adjudant Nion ? »

- « J'avais confiance en Nion, je ne faisais pas confiance aux officiers, sauf à mon chef de corps.»

- « Pourquoi pas de confiance aux officiers ? »

- « Parce que le corps était divisé et chacun se cherchait. »

- Après avoir envoyé les anciens arrêter les autorités, le major a confié une mission d'observation à Ouékouri Kossè. Le parquet a voulu savoir pourquoi ?

- « C'était un appui à ceux qui sont allés faire l'arrestation. »

Le procureur militaire, Alioun Zanré, a enchaîné avec les questions en lui demandant ce qu'il a fait dans l'enlèvement des autorités de la Transition. En réponse, le major a confié avoir reçu l'ordre d'arrêter les autorités et il a fait appel à des anciens pour faire le travail. Et d'ajouter :

« Pourquoi n'avez-vous pas pris le soin de vérifier l'information de Koussoubé auprès du Général ? »

« Parce que je savais que l'adjudant Jean Florent Nion allait m'expliquer tout.»

« Pourquoi n'avoir pas fait appel aux jeunes ? »

« Si je laissais les jeunes faire ce travail, vous ne seriez pas en train de me poser ces questions, mais d'autres questions. »

« Est-ce normal de faire un coup d'Etat ? »

« C'est aux supérieurs de répondre, je n'ai pas de point de vue là-dessus.»

Parlant des problèmes au sein du RSP, le major a indiqué à la barre que tout a commencé en novembre 2014. Depuis que Zida est devenu Premier ministre, ce n'était plus le chef de corps qui commandait au RSP, mais le capitaine Poda et il (Zida) avait dit aux autres de rester chez eux. Pour Me Timothée Zongo, un avocat de la défense, la responsabilité pénale est individuelle. Le major a été clair, a fait appel à des gens et n'avait pas à vérifier l'information dès lors que l'adjudant Nion s'est porté volontaire pour le faire et a envoyé un sms au Général. En juin 2015, a-t-il confié, alors que le chef de corps expliquait une situation au regroupement à la demande des militaires, des éléments ont tiré en l'air. Une preuve, selon lui, que la confiance était rompue.

« L'armée était déstructurée, sinon un colonel ne peut pas prendre le pouvoir devant un Général.»

Me Prosper Farama, avocat de la partie civile, saluant la sincérité et l'humilité du major au passage, a voulu en savoir davantage, par ces questions posées au major qui y a répondu :

« Est-ce que l'arrestation des autorités est très grave ? »

« C'est quand on arrive à la barre que l'on trouve que c'est grave, sinon en tant que militaire qui reçoit un ordre, j'exécute. »

« Pourquoi avoir jugé la mission de dangereuse ? »

« Parce que si c'était les jeunes soldats, ça pouvait mal tourner et il fallait des gens qui pouvaient amener les autorités pour que le Général vienne les voir. »

« Dans la chaîne de commandement, quel était le rôle de Diendéré ? »

« Il n'était pas dans la chaîne de commandement, il présidait les couleurs, les réunions. Etant du corps, il peut donner des ordres. »

« Aviez-vous conscience que c'était un coup d'Etat ? »

« Le 16 septembre 2015, c'était une arrestation, c'est le 17 que le coup d'Etat a été annoncé. Je n'avais pas conscience au départ que c'était un coup d'Etat. »

« Le Général a dit que les officiers ont fait un coup d'Etat et lui ont demandé de l'assumer. »

« Le Général viendra témoigner. Après l'arrestation des autorités, il n'est pas venu me voir, il est allé voir les officiers au Corps. Nous, on a reçu l'ordre de faire l'arrestation. »

« Pourquoi le Général passe-t-il par vous pour l'arrestation des autorités ? »

« Parce qu'il avait confiance en moi. »

« Lorsque l'ordre est susceptible de porter atteinte à la sûreté de l'Etat, on ne doit pas l'exécuter. »

« Je n'ai jamais eu une formation dans ce sens. »

Et Me Yanogo de la partie civile de demander à ce point, si le major connaissait le RDG, le règlement de la discipline générale des armées. Question à laquelle le major a répondu par l'affirmative.

« Pourquoi le Général n'a-t-il pas trouvé intérêt à vous toucher directement, plutôt que de passer par Koussoubé », a demandé Me Alexandre Sandouidi de la défense au major ? En réponse, le major Badiel a dit qu'il pense que c'est parce que le Général lui faisait confiance.

Pour Me Timothée Zongo, le major est constant dans ses déclarations et l'on doit comprendre qu'il y a des problèmes dans le Corps. Et de demander au parquet de l'éclairer en répondant à cette question : « A quelle condition un militaire peut-il présider une grande cérémonie militaire ? » Une question à laquelle le parquet n'avait pas répondu jusqu'à la pause, à 13h 12mn.

Me Zerbo, un avocat de la défense, s'est étonné que le Général ne soit pas venu voir le major et ses hommes au palais après l'arrestation des autorités, mais est allé plutôt au Poste de commandement qui est un lieu de rencontre. Cela voudrait dire qu'il n'a pas probablement donné l'ordre de les arrêter, selon l'avocat. Pour le Conseil du major, Me Bali Biémo, les gens ne veulent pas s'assumer et on posera les questions quand viendra le tour du Général. Et Me Adrien Nion de renchérir : Il est inutile de vouloir occulter la vérité ; c'est dans la vérité qu'on se défend mieux. Que chacun s'assume, assume ce qu'il a ordonné !

Le président du tribunal est revenu sur d'autres aspects après l'arrestation des autorités, à savoir leur alimentation. Comment était assurée leur alimentation ? le major a précisé que le 16 septembre, on leur a apporté à manger, mais le président Kafando avait refusé de manger, au prétexte qu'il était en carême. Le 17, il a encore refusé de manger. C'est là que le RSP a compris qu'il ne voulait pas manger le repas qui leur était apporté. Un contact a été noué avec l'épouse de Michel Kafando pour qu'elle apporte à manger à son époux président. Celle-ci a fait savoir que sans sa présence, le président Michel n'allait pas manger. Donc, à partir de cet instant, l'épouse apportait à manger au président Kafando.

Prenant la parole, Me Regis Bonkoungou, avocat de la défense, a soutenu que l'armée était déstructurée et cela sautait aux yeux comme un nez sur le visage, sinon un colonel (Yacouba Isaac Zida en l'occurrence) ne peut pas prendre le pouvoir devant un Général. Me Farama de la partie civile n'est pas de cet avis, il a estimé que cela est un peu trop gros. L'ex-RSP était un pan entier de l'armée. Dans ce corps, il y a des gens qui se croyaient au-dessus de l'armée. C'est après ces interventions que le président du tribunal a suspendu l'audience autour de 13h et quart.

L'interrogatoire de l'adjudant-chef major Eloi Badiel s'est poursuivi dans l'après-midi du 9 juillet 2018. «Après l'arrestation des autorités, qui a ordonné les patrouilles en ville ?», a interrogé le procureur militaire, Alioun Zanré. « Je n'ai pas ordonné de patrouille », a répondu l'adjudant-chef major Eloi Badiel, avant de préciser qu'au moment où l'information selon laquelle des troupes venaient des provinces a été reçue, les éléments ont été répartis en trois groupes.

A la question de savoir qui a donné l'ordre d'organiser des patrouilles, l'adjudant-chef major Eloi Badiel est resté ferme ! « Je suis trop petit pour répondre à cette question. J'ai un chef de corps et l'ordre est venu de là », a-t-il dit. Et le procureur d'insister : «Vous avez dit que vous êtes petit pour ordonner les patrouilles. Qui a ordonné l'arrestation des autorités ? Entre arrêter des autorités et ordonner des patrouilles, lequel de ces actes est plus grave ? ». « C'est l'arrestation des autorités qui nous a conduits ici », a-t-il répondu. « Donc, je pense que c'est l'arrestation des autorités qui est plus grave ».

Notons que l'adjudant-chef major Eloi Badiel a nié avoir ordonné à ses éléments d'aller au studio Abazon, Studio de l'artiste-chanteur Smokey, membre du mouvement le Balai citoyen, et à Zorgho. Mais il reconnaît avoir envoyé des éléments à l'hôtel Laïco pour un maintien d'ordre.

Quant à lui-même, il a déclaré avoir été chez feu Dr Salifou Diallo, à la demande de Boureima Kiéré. Une fois sur les lieux, il a effectivement pu rétablir l'ordre en mettant en sécurité du matériel que des personnes inconnues étaient en train de transporter. Et c'est à ce moment, a-t-il ajouté, que le défunt Dr Salifou Diallo l'avait appelé au téléphone pour lui demander de rester et de sécuriser les lieux. Ce qu'il n'a pas pu faire puisqu'il avait été envoyé en mission et qu'il devait aller rendre compte.

Entretien avec l'avocat de l'adjudant-chef major Eloi Badiel, Me Baziémo

«Pourquoi dites-vous qu'on veut faire porter toute la responsabilité à votre client ? »

C'est un procès et nous ne sommes qu'au stade des débats. Dans le cadre d'un procès, chacun doit venir expliquer ce qu'il a fait afin que le tribunal puisse essayer d'établir sa responsabilité pénale. Nous avons constaté qu'il y a certains accusés qui ne souhaitent pas décliner dans les détails les actes qu'ils ont eu à poser et cela va avec le fait qu'ils entendent tirer profit pour faire croire que c'est notre client qui est seul à avoir tout fait. En ce qui concerne le major Eloi Badiel qui est accusé d'attentat à la sûreté de l'Etat, meurtre, coups et blessures volontaires, nous sommes sereins ; il a expliqué les détails des actes qu'il a eu à poser à la date du 16 septembre 2015 et nous pensons qu'avec cette simplicité, cette humilité avec laquelle il a exposé les faits, il appartient au tribunal de retenir ce qu'il y a lieu de retenir et d'en tirer les conséquences.

Pour vous, les ordres venaient-ils d'en haut ?

Je pense que c'est ce que mon client a essayé de dérouler ; qu'il n'a fait qu'exécuter un ordre. Maintenant, il appartient à chacun d'apprécier par rapport à cet ordre.

Pourtant, il a dit regretter son acte et que si c'était à refaire, il ne le referait pas !

Un homme normal, après ces évènements, doit naturellement regretter cela. Cela fait trois ans qu'il est en détention. En plus de cela, on fait état de ce qu'il y a eu des morts, des dégradations de biens ; je pense que la moindre des choses, le minimum à faire et à dire, c'est d'abord de regretter ce qui s'est passé. Je pense qu'avouer sa responsabilité, reconnaître ses actes au minimum, c'est déjà une bonne chose et je pense que ça soulage aussi.

Burkina Faso

Echangeur du Nord de Ouaga - Ce joyau qui aura coûté 70 milliards de F CFA

Les populations des arrondissements 3, 8 et 9 de Ouaga peuvent enfin pousser un ouf de soulagement. En effet,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.