10 Juillet 2018

Cameroun: Microfinance - De nouveaux garde-fous

Les faits

Le ministre des Finances a publié vendredi dernier la liste des établissements autorisés à exercer. Ces derniers sont invités à s'approprier le nouveau dispositif de la Cobac relatif à l'activité.

A travers un communiqué du 6 juillet dernier, le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, a dévoilé la liste des établissements de microfinance (Emf) autorisés à exercer au Cameroun. Celle-ci est répartie en deux catégories.

A savoir, les Emf indépendants et ceux évoluant en réseau. En ce qui concerne la catégorie des Emf indépendants, elle est constituée de 117 de première catégorie, 47 de deuxième catégorie et trois de troisième catégorie.

Quant aux Emf en réseau, on y retrouve 169 du réseau Camccul, sept du réseau Reccucam, neuf du réseau UCCGN, 27 du réseau A3C, neuf du réseau North west farmers organisations credit house (Nowefoch), 18 du Réseau Binum tontine et six du réseau Mucadec 6. Soit 412 Emf au total. Le même nombre que l'année dernière, contre 418 seulement en 2016 et 500 en 2015.

Selon le chef de division de la microfinance du Minfi, Ahmadou Bouba, cette publication est une interpellation des acteurs du secteur à prendre connaissance du nouveau dispositif réglementaire, dont l'objectif majeur est un meilleur encadrement, afin de garantir une stabilité du secteur.

« Il s'agit non seulement de porter à leur connaissance l'existence d'un nouveau dispositif adapté et rénové, mais aussi et surtout, cela s'inscrit dans le cadre d'une sensibilisation globale des promoteurs et dirigeants d'Emf sur le nouveau dispositif qui tient compte des évolutions du secteur », a souligné Ahmadou Bouba.

Ce nouveau cadre présente d'ailleurs plus d'un atout pour les opérateurs de microfinance. Il permettra d'arrimer les Emf camerounais aux standards internationaux, afin de leur faire profiter des opportunités qui s'offrent à eux. Le nouveau dispositif réglementaire contribue par exemple à une nouvelle stabilité et vient palier tous les dysfonctionnements constatés par le passé et qui ont conduit à des crises.

Cette configuration nouvelle crée un système de solidarité entre les Emf, notamment ceux de première catégorie qui désormais évoluent en réseau depuis le 1er juillet 2018.

L'objectif est d'assainir le secteur de la microfinance qui contribue à hauteur de 10% au financement de l'économie nationale. Mais, celui-ci connait certains dysfonctionnements qui concourent à le rendre peu fiable et peu serein.

L'on se souvient encore de la fermeture et de la faillite de certains Emf comme le Crédit mutuel en 2016, qui a par la suite été placée sous mandat provisoire. On peut aussi citer le Comeci et Cofinest. Il est également question d'appeler les populations à plus de vigilance.

Cameroun

L'ONU à l'épreuve des nationalismes

La 73e Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies s'ouvre ce mardi à New York… Plus »

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.