11 Juillet 2018

Afrique de l'Ouest: Harmonisation de la législation semencière régionale - Des organisations paysannes dénoncent le forcing de l'agribusiness

Le Comité ouest africain des semences paysannes (Coasp) et la Coalition pour la protection du patrimoine génétique africain (Copagen), leurs membres et alliés s'indignent dans un communiqué, du forcing de nos institutions régionales pour harmoniser la législation semencière régionale au profit de l'industrie semencière en particulier et agrochimique de façon générale.

Elles s'indignent de voir le Comité régional des semences et des plants d'Afrique de l'Ouest (Cedeao-Cilss-Uemoa) se réunir à Dakar, du 9 au 11 juillet 2018, avec des acteurs semenciers de dix-sept pays sans les organisations paysannes et la société civile souveraine, pour évaluer les progrès réalisés dans la mise en œuvre du règlement semencier régional harmonisé.

«Ce manque de transparence et d'exclusivité nous laisse fortement croire que c'est un complot qui est en train d'être monté contre les paysans et la souveraineté alimentaire », dénoncent ces deux organisations. Elles estiment que la biodiversité cultivée

est la matière première de l'industrie semencière. «L'entretien de cette biodiversité cultivée est principalement l'œuvre des paysan-ne-s et de l'agriculture paysanne. Cependant, en interdisant les semences paysannes, leurs lois les menacent de disparition. C'est pourquoi les

États, dans leur rôle régalien et de protection sociale, doivent organiser la collecte de ces semences avant qu'elles ne disparaissent et en faire un patrimoine commun national », expliquent ces deux structures. Elles affirment que l'agriculture industrielle développe

la monoculture d'une seule variété de semences avec l'utilisation intensive d'engrais artificiels, d'herbicides et de pesticides toxiques ; veut nous imposer à remplacer nos semences reproductibles, idéales pour la souveraineté alimentaire par des semences hybrides.

Génétiquement Modifiées (GM), trop chères, incertaines et qui menacent la santé de la biodiversité de façon générale. Le Coasp et la Cpagen ajoutent également que celle-ci veut remplacer l'agriculture familiale par l'agrobusiness pour des spéculations commerciales destinées aux marchés internationaux au détriment des marchés locaux.

Sénégal

Verdict sur la demande de libération immédiate de Khalifa Sall - La Cour d'appel de Dakar sous pression

Le juge Demba Kandji, président de la Cour d'appel de Dakar et ses deux accesseurs qui doivent rendre leur… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Journal de l'Economie Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.