11 Juillet 2018

Afrique: Retour vers le futur...

Ainsi personne ne doit croire que la deuxième demi-finale de tout à l'heure qui mettra aux prises l'Angleterre et la Croatie sera «logiquement» remportée par les «Three Lions».

Loin de là. On aura droit à un duel des plus palpitants et des plus indécis entre deux grandes écoles du football mondial : la britannique et l'ex-yougoslave. Et même si les deux équipes ne sont pas des habitués de ce tour avancé dans les phases finales de la Coupe du monde, cela ne devrait guère porter atteinte à leur notoriété.

On n'apprend rien à personne quand on rappelle que les Anglais sont les «créateurs» de ce sport-roi qui envoûte les gens dans les quatre coins de la planète. Même s'ils n'ont goûté aux charmes du trophée de la plus prestigieuse compétition du monde qu'une seule fois : en 1966 à Londres. Il en est de même pour la Croatie qui, avec la Serbie, faisait partie de l'ex-Yougoslavie qui était toujours connue pour la qualité supérieure de ses joueurs qui ont fait le bonheur des grands clubs européens.

De Dragan Dzajic, Safet Susic et Ivan Curkovic des années 70 aux ténors croates actuels Luka Modric, Ivan Rakitic et Mario Mandzukic pour ne citer que ces trois pièces maîtresses du Réal Madrid, FC Barcelone et Juventus, on peut avoir une idée exhaustive sur la valeur intrinsèque des joueurs de l'ex-Yougoslavie qui pullulent dans les championnats européens. Certains spécialistes du ballon rond qualifient les pays de l'ex-Yougoslavie comme le principal concurrent du Brésil et de l'Argentine en matière d'exportation de footballeurs de haut niveau vers les clubs européens en particulier.

Toutefois, on a toujours reproché aux sélections de l'ex-Yougoslavie, en l'occurrence la Croatie et la Serbie (qui sont les plus en vue) de pécher par un manque de cohésion au niveau de leurs équipes nationales. Mais depuis plusieurs années, ces équipes ont dépassé ce problème. Surtout la Croatie, qui ne cesse de progresser et d'impressionner depuis environ vingt ans. Il suffit de rappeler qu'en 1998, la Croatie a failli priver la France de sa première Coupe du monde lors d'une mémorable demi-finale au Stade de France.

En effet, le score à la mi-temps était de 1 but à zéro en faveur de la Croatie grâce au grand Davor Suker. Et n'eût été l'inattendu coup d'éclat de l'arrière droit français Lilian Thuram, auteur d'un historique et surprenant doublé, les choses auraient été écrites autrement dans les annales du football mondial.

Aujourd'hui, l'Angleterre de Harry Kane et consorts aura affaire à un gros morceau, un vrai casse-dents capable de lui disputer le visa pour la finale. Une demi-finale savoureuse en perspective.

Tunisie

Le CA de la BCT inquiet de l'élargissement du déficit de la balance commerciale (16 milliards de dinars) (Lead)

Le Conseil d'Administration de la BCT a exprimé son inquiétude vis-à-vis de la poursuite de… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.