11 Juillet 2018

Tunisie: Les grandes villes aux mains d'Ennahdha

Photo: La Presse
Elections législatives: Nida 85 sièges, Ennahdha 69

Quant à Nida Tounès, deuxième parti vainqueur des élections municipales de mai dernier, il obtient la présidence du conseil dans 8 grands chefs-lieux, à savoir Béja, Le Kef, Siliana, Nabeul, Sousse, Kasserine, Sidi Bouzid et Gafsa. Mais dans ces villes, le parti Ennahdha est également présent et de manière forte, ce qui le rend, bien évidemment incontournable dans tout mécanisme de prise de décision. Ce qui reste des grandes municipalités revient principalement à des indépendants, à l'instar de l'Ariana, gagnée par Fadhel Moussa ou encore Monastir récupérée par la liste indépendante Inek Ala Bledek.

Les alliances contre-nature

Une configuration qui ne laisse aucun doute sur les protagonistes qui domineront la vie politique régionale dans les cinq prochaines années, surtout que le Code des collectivités locales offre de larges prérogatives aux municipalités. Mais cette domination des partis Nida Tounès et Ennahdha est une arme à double tranchant.

En effet, les municipales sont le dernier rempart de la démocratie, comme le prouvent les chiffres en déclin de la participation aux scrutins. Si au bout du mandat, le citoyen ne perçoit aucun changement substantiel au niveau de la qualité de vie, sa sanction sera terrible. Une sanction qui se traduit soit par un abandon du droit de vote (abstention) soit par des votes de "ras-le-bol" (vote sanction) en faveur de formations politiques populistes ou extrémistes.

Toutefois, la présidence des conseils municipaux n'est pas un poste de toute puissance. Bien qu'ils disposent de prérogatives qui leur sont propres, il ne faut pas oublier que les conseils municipaux sont, tout comme le parlement, une mosaïque de plusieurs partis. A l'occasion des élections des maires, des alliances, parfois improbables et contre-nature, se sont formées. Dans la quasi-totalité des municipalités, les listes victorieuses ont dû piocher des voix à gauche et à droite pour parvenir à la majorité.

Dans ce cas, quid des promesses électorales ? Le conseil municipal élu devra redéfinir ses objectifs en fonction de ces coalitions qui se sont formées un peu partout. Cette fois, l'électeur tiendra pour responsable l'ensemble des parties prenantes en cas d'échec des politiques locales, y compris lui-même. En effet, les conseils municipaux doivent, de par la loi, travailler en étroite collaboration avec la société civile. Toute grande décision du conseil passe obligatoirement par le consentement des organisations de la société civile et donc des citoyens.

En savoir plus

HCE désormais seul

- Mustapha Ben Saïd, l'un des coordinateurs-fondateurs de Nida Tounès, exhorte le président Caïd… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.