11 Juillet 2018

Sénégal: Fonds de développement numérique - 100 milliards de FCfa pour financer la période 2019-2023

Chargé par les autorités de réfléchir sur la faisabilité du Fonds de développement numérique (Fdn), le cabinet Performances Group a organisé, hier, un atelier de validation du rapport de son étude. Celle-ci évalue à 100 milliards de FCfa les besoins de financement pour la période 2019-2023.

Le secteur numérique représente 5% du Pib du Sénégal, mais l'innovation technologique reste extrêmement faible. Plus de 75% des activités se concentrent essentiellement dans des segments à faible valeur ajoutée, notamment les télécommunications.

Pour inverser cette tendance, la Stratégie « Sénégal numérique 2025 » recommande d'aller vers des secteurs beaucoup plus innovants comme le block-chain, la nanotechnologie ou l'intelligence artificielle.

Mais il se pose l'épineuse question du financement. Chargé de réfléchir sur la faisabilité d'un Fonds de développement numérique (Fdn), le cabinet Performances Group a partagé les conclusions de son étude lors d'un atelier organisé, ce mardi 10 juillet, à Dakar.

L'étude en question a permis de déterminer les différentes phases d'évolution d'une start-up. Mais entre l'idée et la phase de maturité, en passant par l'amorçage et le développement, plus de 83% des start-ups auront traversé la « vallée de la mort ». Faute de mécanismes de financement adéquats pour passer chaque étape.

Pourtant, les besoins de financement sont souvent dérisoires, surtout au début. On estime à environ 10 millions de FCfa les besoins de financement pour la première phase (entre l'idée et le lancement), entre 10 et 50 millions de FCfa pour la phase amorçage et 50 millions FCfa pour la phase développement.

Pour développer l'écosystème du numérique au Sénégal, l'étude de Performances Group évalue à 100 milliards de FCfa les besoins du Fdn sur cinq ans (2019-2023).

Un bench-marking réalisé dans un certain nombre de pays (Afrique du Sud, Rwanda, Maroc, France, Israël) a permis de constater qu'il faut une forte implication de l'Etat. Sauf pour le cas du Rwanda où le secteur privé est en première ligne.

L'essentiel du financement du Fdn devrait provenir de la Contribution du secteur des télécommunications (Cst). « C'est l'option de financement la plus pertinente », explique Babacar Bâ, associé chez Performances Group et coordonnateur de l'étude.

L'objectif est de faire émerger 600 promoteurs de projets Tic viables et de financer 1 500 start-ups et 70 programmes de renforcement du capital humain sur cinq ans.

D'après les prévisions, grâce à son effet de levier, le Fdn devrait générer 47,5 milliards de FCfa d'investissements, 166 milliards de chiffre d'affaires, 59 milliards de valeur ajoutée et 5 400 emplois dans le secteur du numérique.

Sénégal

Augmentation généralisée de salaires – Le oui…mais du patronat

Le patronat sénégalais a proposé aux travailleurs un taux global de 3% au lieu de 25% de hausse… Plus »

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.