11 Juillet 2018

Afrique Centrale: CEEAC-CEMAC - Il faut renforcer la collaboration

Rendre efficace et performante la relation entre les deux communautés, c'est l'une des ambitions du Cadre de concertation tenu hier à Yaoundé.

La réunion semestrielle des hauts responsables du Cadre de concertation de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale, de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale et du Comité de pilotage de la rationalisation des communautés régionales en Afrique centrale (Compil/Cer-Ac ) s'est tenue hier à Yaoundé.

C'était sous la conduite d'Alamine Ousmane Mey, président dudit Compil, par ailleurs ministre de l'Economie, de la Planification et de l'Aménagement du territoire (Minepat). En présence du secrétaire général de la CEEAC, l'ambassadeur Ahmad Allam-Mi, le président de la Commission de la CEMAC, Daniel Ona Ondo, ainsi que les experts en la matière.

Au menu des échanges, l'examen de mise en œuvre des résolutions de la quatrième réunion du Compil/Cer-AC de novembre dernier. Dans un premier temps, les experts se sont félicités des avancées réalisées concernant l'étude sur le rapprochement des cadres institutionnels des deux Communautés économiques régionales (CER).

Il a été aussi question de réitérer la nécessité d'avoir des mécanismes de financement pérennes en vue de mobiliser les ressources financières appropriées pour la conduite des chantiers de l'intégration régionale en Afrique centrale.

S'agissant des décisions relatives à la création du Comité régional CEEAC/CEMAC sur la facilitation des échanges, la mise en place du secrétariat technique dudit Comité régional sur l'agrément des produits industriels au tarif préférentiel, les hauts responsables ont relevé l'importance des instruments soumis à leur examen, étant donné que ces derniers ont pour finalité de contribuer à l'approfondissement de l'intégration commerciale en Afrique centrale.

Concernant particulièrement le Comité régional d'agrément des produits industriels originaires au tarif préférentiel CEEAC-CEMAC, les acteurs se sont engagés à dégager des ressources dans leurs budgets respectifs pour le fonctionnement.

Selon Alamine Ousmane Mey, il est question de mettre ensemble, les expertises des deux communautés, leurs performances et leurs ressources humaines matérielles financières « pour nous amener vers une destination voulue par nos chefs d'Etat, à savoir une rationalisation des communautés économiques régionales en Afrique centrale ».

Il a par ailleurs indiqué que l'Afrique centrale avait des instruments requis pour la promotion de son développement et de son intégration. En plus de leurs propres expériences, les hauts responsables ont partagé des expériences vécues sous d'autres cieux, afin de mieux s'entendre sur la démarche qui conduirait à cette rationalisation qui est envisagée pour 2023.

L'on note que la première phase, c'est déjà de mettre les deux structures dans une dynamique de collaboration et créer des passerelles pour faire usage des disponibilités. La deuxième étape, c'est le fait de prendre des résolutions à partir des expériences partagées.

Il s'agit également de définir un benchmarking (étude comparative) qui aidera le travail des experts dans la préparation des éléments à soumettre à la Conférence des chefs d'Etat.

Une étude apprend-t-on qui sera préalablement validée par le Compil et le Conseil des ministres pour définir l'architecture future qui conduirait à cette rationalisation.

Afrique Centrale

Election - La scène politique s'agite avant l'ouverture de la campagne

Au Cameroun, à quelques heures de l'ouverture de la campagne électorale pour l'élection… Plus »

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.