11 Juillet 2018

Seychelles: Lutte contre la drogue - 5,6 kg d'héroïne saisie cette année

Les autorités des Seychelles ont saisi 5,63 kg d'héroïne en 2018, a indiqué la ministre désignée en répondant à des questions à l'Assemblée nationale mardi.

Macsuzy Mondon a déclaré que bien que le chiffre soit alarmant, les autorités locales restent déterminées à s'attaquer au problème des drogues illicites, dissuadant ainsi les trafiquants et les revendeurs.

Trois questions urgentes ont été posées à la ministre désignée par le leader du gouvernement à l'Assemblée nationale, Charles de Commarmond. Il s'agit notamment de la quantité d'héroïne saisie depuis janvier 2017, de la quantité d'héroïne en circulation en fonction de la consommation et des mesures prises par les autorités locales afin d'y remédier.

"L'héroïne et le cannabis sont les deux principaux types de drogues qui ont été saisis aux Seychelles. Deux arrestations liées à la cocaïne ont eu lieu, une en 2011 et une cette année. C'est un type de drogue rare entrant dans le pays ", a déclaré Mme Mondon.

La ministre désignée a déclaré que jusqu'à aujourd'hui il n'y a aucune preuve démontrant que les Seychelles, un groupe de 115 îles dans l'océan Indien occidental, produisent des drogues dangereuses telles que l'héroïne, la cocaïne et l'ecstasy.

Ces questions faisaient suite à la présentation de la ministre désignée d'un rapport d'enquête d'un sondage mené auprès d'un échantillonnage représentatif intitulé «Surveillance biologique et comportementale des consommateurs d'héroïne aux Seychelles de 2017». Selon l'enquête, le nombre d'usagers d'héroïne aux Seychelles de 15 ans et plus est d'environ 4,800, ce qui équivaut à 5,6% de la population.

Interrogé sur la quantité de drogue en circulation aux Seychelles, Mme Mondon a déclaré qu'il était difficile d'en connaître le nombre exact.

"Néanmoins nous pouvons faire une déduction en utilisant une formule. Par exemple, si un consommateur d'héroïne consomme 0,03 gramme d'héroïne par jour et que l'on multiplie ce chiffre par le nombre total d'usagers d'héroïne - 4 800 - cela signifie que 144 grammes sont en circulation par jour », a-t-elle déclaré.

Mme Mondon a déclaré qu'il était important de noter que les drogues illicites entrent dans le pays par le port et l'aéroport. Elle a dit qu'une grande quantité circulait en mer à travers des activités marines.

Les Seychelles ont fait plusieurs arrestations liées aux drogues illicites cette année, principalement à l'aéroport.

Les autorités locales ont détecté environ 300 points noirs sur les trois îles les plus peuplées des Seychelles, Mahé, Praslin et La Digue, où des activités illégales ont lieu.

Sur la question de savoir ce qui est fait pour remédier à la situation, Mme Mondon a déclaré que le Bureau de lutte contre les stupéfiants et ses partenaires dans l'océan Indien sont activement engagés pour enquêter et partager des informations sur les activités des trafiquants et revendeurs.

Elle a ajouté que l'un des principaux défis est que certains pays de la région accordent moins d'importance à la drogue, se concentrent davantage sur la piraterie et les activités terroristes.

Seychelles

Selon un rapport, les ménages Seychellois ont le potentiel d'augmenter le recyclage.

Certains déchets se retrouvant dans les décharges aux Seychelles peuvent être recyclés,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Seychelles News Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.