11 Juillet 2018

Afrique Centrale: Définition d'une approche commune sur la paix, la sécurité et l'extrémisme violent - La CEDEAO et la CEEAC font cause commune

Les chefs d'Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC) envisagent de définir une approche commune sur la paix, la sécurité, la radicalisation et l'extrémisme violent dans ces deux espaces sous-régionaux. A cet effet, un sommet conjoint les réunira, le 30 juillet prochain à Lomé, au Togo, avec à la clé l'adoption d'une «déclaration» dans ce sens.

Des activités illicites transfrontalières, notamment le terrorisme, le blanchiment d'argent, l'extrémisme violent ainsi que le trafic d'armes, d'êtres humains et de drogue constituent des menaces sécuritaires communes à l'Afrique Centrale et à l'Afrique de l'Ouest. Ces menaces entravent la paix, la sécurité tout comme la stabilité, et annihilent les efforts de développement des Etats membres de ces deux région africaines aux économies déjà fragiles.

Pour mieux faire face à ces défis, les chefs d'Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC)ont convoqué un sommet conjoint sur la situation sécuritairedans les deux espaces,le30 juillet 2018 à Lomé, au Togo.Il est attendu de ce conclave, l'adoption d'une «Déclaration définissant une approche commune sur la paix, la sécurité, la radicalisation et l'extrémisme violent dans ces deux espaces sous-régionaux»,informe un communiqué de presse de la Commission de la CEDEAO.

Déjà, note la source, les deux organisations économiques régionales ont respectivement pris des mesures juridiques et ou politiques en vue de prévenir ou de s'attaquer de manière spécifique à ces menaces. Dans le domaine de la sécurité et de la sûreté maritimes, le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de la CEDEAO et de la CEEAC, tenu le 25 juin 2013, à Yaoundé, au Cameroun,a adopté la Déclaration sur la sûreté et la sécurité maritimes dans le golfe de Guinée. Cette Déclaration a permis de lancer le «Processus de Yaoundé» destiné à doter les deux régions de cadres juridiques et opérationnels et d'une architecture effective de sécurité maritime, interconnectée et coordonnée par le Centre interrégional de coordination, basé à Yaoundé.

Ce sommet conjoint sera précédé pour une rencontre des experts (deux par pays représentant l'un, le ministère des Affaires étrangères, et l'autre, celui en charge de la Défense ou de la Sécurité) les 10 et 11 juillet 2018, suivi d'une réunion ministérielle des deux Communautés, le 28 juillet, toujours dans la capitale togolaise. Cette dernière qui regroupera les ministres des Affaires étrangères et ceux en charge de la Défense ou de la Sécurité sera consacrée à l'examen et à l'adoption du projet de Déclaration ainsi que du projet de communiqué final conjoint devant sanctionner la fin des travaux au sommet.

LA CONSÉCRATION DES EFFORTS CONJOINTS FOURNIS DEPUIS 2015 PAR LES DEUX RÉGIONS

Des cadres de la Commission de la CEDEAO et du Secrétariat général de la CEEAC prendront également part à cette réunion. Les travaux sont également ouverts au représentant du Bureau des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel (UNOWAS), celui des Nations unies pour l'Afrique Centrale (UNOCA), de l'Union africaine (UA), de la Commission du bassin du Lac Tchad (CBLT), du G5 Sahel, de la Commission de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), de la Commission économique et monétaire de l'Afrique Centrale (CEMAC) et de la Commission du golfe de Guinée.

Les réunions conjointes des experts et des ministres, tout comme le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des deux institutions régionales seront la consécration des efforts conjoints fournis depuis 2015 par les deux régions. Ces efforts visent à définir et à mettre en œuvre une approche commune sur la paix, la sécurité, la stabilité et la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique de l'Ouest et en Afrique Centrale.

Ces deux régions comptent à elles seuls 26 Etats africains. La CEEAC regroupe 11 pays que sont l'Angola, le Burundi, le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, la République Démocratique du Congo, la Guinée-Equatoriale, le Tchad, Sao-Tomé et Principe et le Rwanda. La CEDEAO en compte 15, à savoir le Bénin, le Burkina Faso, le Cabo Verde, la Côte d'Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Liberia, le Mali, le Niger, le Nigeria, la Sierra Leone, le Sénégal et le Togo.

Afrique Centrale

Les médiations se succèdent, les combats continuent

Six ans après le début d'un conflit meurtrier, l'Etat ne contrôle toujours qu'une partie du… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.