11 Juillet 2018

Burkina Faso: Mise en œuvre du PNDES - Un financement supplémentaire de 220 milliards de francs CFA

La conférence internationale sur l'évaluation à mi-parcours du Plan national de développement économique et social (PNDES) a pris fin, le 10 juillet 2018, à Ouagadougou. Outre le constat du niveau satisfaisant de mobilisation des ressources internes et externes, de nouvelles annonces de financements du developpement du Burkina ont été faites.

La conférence internationale sur l'examen d'étape de la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES) a refermé ses portes, le 10 juillet 2018, à Ouagadougou, sur des notes positives.

En plus du constat du niveau satisfaisant de mobilisation des ressources propres et extérieures en faveur des actions de développement au Burkina, de nouvelles annonces de financements, estimées à 220 milliards francs CFA, ont été enregistrées.

En effet, il ressort du communiqué final de la conférence, lu par le ministre de la Communication, Remis Fulgance Dandjinou, que les 350 participants venus de divers horizons ont jugé satisfaisant le niveau de mobilisation des ressources pour le financement du PNDES, estimés à 83,8% pour les ressources internes et à 96,2% pour les financements mobilisés auprès des partenaires publics.

Le Premier ministre, Paul Kaba Thièba, a salué ces performances enregistrées en deux ans et demi de mise en œuvre du PNDES.

« Nous sommes heureux de constater que le chemin que le gouvernement a tracé en élaborant le PNDES, et que nous avons convenu de suivre ensemble depuis notre rencontre fructueuse de Paris en décembre 2016, est bien balisé », s'est réjoui le chef du gouvernement.

Au cours de la conférence, des partenaires au développement se sont engagés de nouveau à délier le cordon de la bourse pour financer le Programme d'urgence pour le Sahel (PUS-BF) et le Programme d'appui au développement des économies locales (PADEL), présentés à l'occasion par le gouvernement burkinabè.

Les intentions de financement de ces programmes s'élèvent à 220 milliards de francs CFA, a indiqué le ministre de la Communication. Ces nouvelles annonces ont porté le total des financements de ces deux programmes à 621 milliards de francs CFA sur un besoin global de 851 milliards de FCFA, a-t-il ajouté.

Le Premier ministre a exprimé sa gratitude aux partenaires pour leurs nouveaux engagements, qui traduisent une solidarité envers le peuple burkinabè et une volonté d'accompagner son gouvernement dans le combat contre le terrorisme.

Pas de développement sans sacrifices

Pour lui, au regard des résultats, cette conférence a connu un grand succès. Placée sous le thème : «Accélérer la transformation agro-syvo-pastorale au Burkina Faso», la conférence de Ouagadougou a formulé des recommandations pour mieux booster ce secteur qui a enregistré une contreperformance au cours de la première moitié d'opérationnalisation du PNDES

.Il s'agit de la nécessité de prioriser et d'accompagner conséquemment les filières agro-sylvo-pastorales porteuses et, ce, sur tous les maillons de la chaîne de valeur (production, transformation et commercialisation).

Cela doit se faire à travers l'élaboration d'une stratégie de transformation des produits agricoles, la mise en place d'instruments et d'outils de financement adaptés et accessibles aux acteurs du secteur, le développement des infrastructures de transformation et de mise aux normes des produits compétitifs de qualité.

La réduction des cycles de préparation des projets et programmes agro-sylvo-pastoraux et des délais d'approbation des projets d'investissement par les partenaires, le renforcement du pilotage local et l'attribution de la maîtrise d'ouvrage déléguée des actions du PNDES dans ce secteur aux organisations compétentes de la société civile constituent également des recommandations des participants.

A l'issue de la conférence, le Premier ministre a échangé avec les hommes et femmes de médias sur les conclusions des 48 heures de travaux de la conférence. M. Thiéba a réaffirmé la foi de son gouvernement au PNDES, dont la pertinence et la cohérence de la vision des trois axes stratégiques avec les besoins de développement du Burkina ne sont pas discutables.

C'est pourquoi, il a insisté sur l'engagement de l'exécutif à mettre en œuvre les recommandations issues de la conférence, afin que tous les indicateurs soient au vert à l'évaluation finale du PNDES en 2020.

Le chef du gouvernement a enfin invité la population, surtout la jeunesse, d'une part, à croire aux politiques de développement, et, d'autre part, à se départir de la facilité et à se mettre à l'ouvrage. Car, a-t-il dit, aucun peuple ne peut se développer sans sacrifices, sans une sacralisation du travail.

Burkina Faso

Procès du putsch - Le capitaine Zoumbri en larmes

Les capitaines Saïdou Gaston Ouédraogo et Oussène Zoumbri, accusés et appelés à… Plus »

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.