11 Juillet 2018

Sénégal: Echos... Echos - Me El Hadj Diouf chauffe la salle

Absent le lundi 9 juillet, jour de démarrage de l'audience, le tonitruant avocat Me El Hadj Diouf est venu au procès hier, mardi 10 juillet. Dès son entrée dans la salle, il a salué d'un geste de main l'assistance qui l'a accueilli avec des applaudissements.

A l'entrée du député-maire, Khalifa Sall et codétenus dans le box des accusés, les souteneurs du maire ont entonné des slogans et chansons. Face aux injonctions des forces de l'ordre pour exiger le silence dans la salle, Me Diouf s'est emparé du micro pour dire aux partisans du maire que personne ne peut les faire sortir, dans la mesure où l'audience n'a pas encore démarré. Il les a ainsi invités à chanter et danser comme bon leur semble, tant que la Cour n'entre pas. Ce qui a crée un tohu-bohu indescriptible, avec des militants et sympathisants qui semblaient narguer les gendarmes.

ALTERCATION ENTRE SOUTENEURS DE KHALIFA SALL ET JEUNES RÉPUBLICAINS

La tension était électrique au deuxième jour du procès en appel de Khalifa Sall et codétenus dans la salle 4 du tribunal de Dakar. En effet, venus moins nombreux qu'à la veille, les souteneurs du député-maire de Dakar n'ont pas été les seuls à être présents dans la salle. Hier, il y avait aussi des jeunes de l'Alliance pour la République (Apr), le parti au pouvoir. Deux forces antagonistes qui se regardaient en chiens de faïence. Ils ont d'ailleurs failli en venir aux mains, n'eussent été la présence et la vigilance des gendarmes, qui se sont interposés entre eux. Les mots ont en tout cas volé très bas, chaque camp promettant l'enfer à ses adversaires.

L'IMPOSSIBLE ENTENTE ENTRE DEMBA KANDJI ET ME OUSSEYNOU FALL

Entre le juge Demba Kandji et Me Ousseynou Fall de la défense, il sera très difficile de partager un même procès. Le début du procès en appel montre clairement qu'il y aura toujours affrontement entre ces deux. Hier, suite à des attaques directes de Me Ousseynou Fall contre Demba Kandji, qu'il estime être là pour le compte de l'État à des fins politiques, le juge a interpellé le Secrétaire général de l'ordre des avocats, Me Ndiéguène, pour recadrer la robe noire. Car, pour lui, Me Fall a une «attitude pleine d'indiscipline, de défiance». Lors de son intervention, Me Ndiéguène a rappelé que l'ordre n'acceptera pas qu'un avocat manque de respect à la Cour et vice-versa. Il dit prendre acte des manquements et sanctionnera au besoin. Cela, tout en laissant au juge, qui a la police de l'audience, d'exercer ses pouvoirs car il leur était impossible d'intervenir quand un confrère plaide devant la barre. La paix des braves des deux risque d'être de courte durée, au vu de leur tempérament.

LA CARTE D'IDENTITÉ RECUPEREE POUR ENTRER DANS LA SALLE 4

Il y a eu de nouvelles mesures prises au tribunal de Dakar hier, suite à l'incidence de la veille. Toutes les personnes qui veulent assister à l'audience doivent laisser leur carte d'identité nationale à l'entrée de la salle 4. Une mesure qui commence à faire grincer des dents du côté de certains souteneurs du maire de Dakar, qui ne voient pas la pertinence d'une telle mesure. Certains vont même jusqu'à émettre des suspicions, avançant la thèse de l'identification des pro-Khalifa à d'autres fins, d'ici la présidentielle.

ME BORSO POUYE A UN FAIBLE POUR L'EQUIPE DE FRANCE

La Coupe du monde Russie 2018 s'est invitée au procès en appel de Khalifa Sall et compagnie. Hier, Me Borso Pouye de la défense a fait une requête de suspension de l'audience au juge Kandji pour aller suivre le match de la «dernière équipe africaine encore en lice dans ce mondial», avec la demi-finale opposant l'équipe de France à celle de la Belgique. Elle dit être une fervente supportrice des «Bleus». Elle a été suivie par Me Spiner, avocat français de la partie civile de l'État. Une requête refusée par le juge qui a poursuivi l'audience jusqu'au-delà de 18h, heure de démarrage du match.

Sénégal

Des militaires français impliqués dans une rixe à Dakar

Au Sénégal, cinq militaires français basés à Dakar sont directement liés… Plus »

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.