11 Juillet 2018

Cote d'Ivoire: Beauté et identité culturelle - Miss Nappy, pour les femmes naturelles de la tête aux pieds

L'Istc-Polytechnique sera le théâtre, le 11 août, de la plateforme de célébration de l'esthétique africaine bio et des dames qui s'en revendiquent.

La célébration de la beauté naturelle se fera, en grande pompe, le samedi 11 août, de 15h à 21h, à l'Istc-Polytechnique d'Abidjan-Cocody, à travers l'édition 2018 de "Miss Nappy" qui sera sous-tendue par un mini-salon.

Pour une première, Miss Nappy Côte d'Ivoire 2018 est placée sous les couleurs de la culture Yacouba, au dire de l'organisatrice et de son staff, qui ont récemment animé une conférence de presse à la Fabrique culturelle de Cocody Les Deux-Plateaux.

Le mouvement « Nappy », selon Sandrine Yao-Koné, la commissaire générale, est la dénomination francophone du « Natural hair movement » né aux États-Unis dans les années 2000 et qui désigne, à l'origine, des femmes noires souhaitant conserver leurs cheveux crépus.

Bien au-delà, c'est l'expression d'une affirmation identitaire « Black » dont les tenantes envisagent montrer et revendiquer la beauté sous toutes les coutures et sur tous les continents.

A l'instar de la marraine de la présente édition, la journaliste ivoirienne, Agnès Kraidy, dont la coiffure en mode « Afro » a été, des années durant, au-delà de sa plume, une marque distinctive.

Faut-il le noter, les femmes adeptes de la philosophie « Nappy » appelées « nappy girls » ou « nappies » tout simplement, abandonnent le défrisage et laissent pousser leurs cheveux au naturel. Leur coupe peut être simple ou bien plus élaborée, par l'adoption, par exemple, de vanilles, de nattes et tresses africaines ou encore de locks.

Pour le concours de beauté, ce sont 22 candidates âgées d'au moins 18 ans (niveau Bac minimum) sur la trentaine qui ont participé au casting via Facebook qui rivaliseront d'élégance et de style.

Elles devront dévoiler, en outre, des photos et vidéos de sensibilisation à des causes d'utilité publique, soumises au vote des internautes, qui compteront, tout aussi avec celles du jury physique présidé par le chorégraphe et directeur artistique, Bomou Mamadou.

Esthétique, indépendance, tourisme

En effet, selon la commissaire générale et promotrice de l'institut de beauté Sandy Nappy qui pilote le projet, ledit institut est conçu pour être l'univers de la beauté noire.

Et veille, au dire de cette diplômée en unités marchandes et qui a fait ses classes chez la marque H&M en France, à entretenir la beauté noire dans son entièreté, de l'entretien des cheveux, aux soins du visage et du corps en passant par les soins d'ongles, tout en faisant la promotion de la culture africaine à travers l'utilisation de produits naturels et la valorisation de notre richesse culturelle.

Le concours Miss Nappy, pour Baraka Yao, chargé de communication à l'organisation, a pour but essentiel de contribuer à la valorisation de la culture africaine en mettant en valeur le cheveu de la femme africaine (cheveux crépus), le port de nos pagnes locaux (pagne Yacouba pour la première édition) et la mise en avant des langues des terroirs afin de sensibiliser la jeunesse africaine à se réapproprier son identité culturelle et son héritage dans sa globalité et dans son originalité.

Ainsi, cet évènement a été prévu quatre jours après l'indépendance de notre pays afin de proroger la célébration de la culture, la beauté et la créativité africaine, tout en offrant cette plateforme pour accompagner la gestion du patrimoine touristique.

Cote d'Ivoire

Yaya Touré - Jugé trop cher par West Ham, convoité par Crystal Palace

Libre de tout contrat depuis son départ de Manchester City, Yaya Touré n'a pas encore trouvé un… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.