11 Juillet 2018

Sénégal: Gestion des déchets solides dangereux et biomédicaux - Bientot un cadre juridique

 Le projet de gestion écologiquement rationnelle des déchets solides municipaux et déchets dangereux, qui sera mis en œuvre dans les départements de Tivaouane et Ziguinchor, travaille à un cadre juridique adéquat pour mieux encadrer les émissions de polluants organiques persistants non intentionnels (POPNI), a indiqué mardi à Dakar son coordonnateur national, Lhyxzas Tchimboungou.

Cette perspective "passe par un cadre réglementaire mais aussi des directives techniques. Nous sommes en train de partager avec les différents acteurs tout ce qui est élaboré par l'équipe du projet avec un expert de l'ONUDI, agence de mise en œuvre de ce projet", a-t-il déclaré en marge d'un atelier de partage sur les "directives techniques nationales sur les déchets dangereux".

Ce document stratégique est un outil permettant aux acteurs concernés de parvenir à une gestion écologiquement rationnelle de déchets contenant des polluants organiques persistants ou qui sont contaminés par ceux-ci.

Des études ont montré que le mélange de déchets au niveau des dépôts sauvages peuvent favoriser ces polluants organiques persistants non intentionnels, "car on y trouve des déchets biomédicaux, ménagers, tout ce qui est plastique", a souligné Lhyxzas Tchimboungou.

De même, la fumée provenant de brûlages à l'air libre produit des polluants organiques persistants considérés comme "des substances chimiques très dangereux et ayant un impact négatif très dangereux sur l'homme et l'environnement", a estimé M. Tchimboungou. "L'idée, c'est de réduire ces rejets.

Il faut alors se rapprocher des populations cibles du projet" de gestion écologiquement rationnelle des déchets solides municipaux et déchets dangereux, à savoir celles des départements de Tivaouane et Ziguinchor, a ajouté son coordonnateur national. Selon lui, après identification des filières de déchets ciblées, des manuels de procédures se voulant opérationnels seront mis à la portée de ces deux municipalités, pour permettre à la base de comprendre comment gérer les déchets".

A cet égard, il est prévu une plateforme de prétraitement dans chaque municipalité pour "créer un réseautage, afin que les industries puissent continuent à valoriser les déchets tout en apportant leur appui aux municipalités".

Un autre volet du projet concerne les déchets biomédicaux, a-t-il fait savoir, avant de signaler que lors de la phase préparatoire, les mairies avaient sollicité un appui dans ce cadre-là.

"Nous sommes en train de réfléchir à utiliser des machines, une unité qui répond aux normes avec de meilleures techniques disponibles mais aussi de bonnes pratiques environnementales. C'est une technique qui ne va pas rejeter de la fumée ni d'eaux usées", a expliqué Lhyxzas Tchimboungou.

Sénégal

Des militaires français impliqués dans une rixe à Dakar

Au Sénégal, cinq militaires français basés à Dakar sont directement liés… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.