11 Juillet 2018

Cote d'Ivoire: L'alternance compromise ?

L'homme politique au contact du pouvoir change du tout au tout. Le chef d'Etat ivoirien, Alassane Ouattara (ADO) n'a certes pas encore confirmé les velléités qu'on lui prête de vouloir rempiler pour un troisième mandat en 2020, mais c'est lui-même qui a suscité ces soupçons en jetant un pavé dans la mare lors d'une interview accordée à l'hebdomadaire Jeune Afrique en mai 2018. «La nouvelle Constitution m'autorise à faire deux mandats à partir de 2020.

Je ne prendrai ma décision définitive qu'à ce moment-là, en fonction de la situation de la Côte d'Ivoire. La stabilité et la paix passent avant tout, y compris avant mes principes», a déclaré le natif de Dimbokro. Alors qu'il avait promis quitter le pouvoir en mai 2015 au terme de son second mandat, selon des propos rapportés par l'ancienne présidente de la commission de l'Union africaine Nkosazana Dlamini-Zuma à l'issue d'un entretien qu'elle a eu avec le président ivoirien.

Son discours a sensiblement évolué depuis lors et le flou est entretenu par les affidés du chef de l'Etat, alors que l'opposition ivoirienne et la presse locale se perdent en conjectures. Et de fait, il est bien difficile de trouver une logique contraire aux actions de l'homme politique dévoilé aux ivoiriens en 1990 à la faveur de la crise économique née des ajustements structurels.

Ayant lancé l'idée d'un parti unique, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), regroupant les formations de la majorité présidentielle dès 2017, Alassane Ouattara est passé à l'offensive quand ses potentiels alliés se sont mis à trainer les pas. En effet, les divergences s'accroissent de jour en jour entre lui et Henri Konan Bédié, le président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), sur la question fondamentale du timing du parti unifié. Il vient de resserrer la composition du gouvernement autour des membres favorables à la fondation du RHDP en l'élargissant à de nouvelles têtes.

Albert Toikeuse Mabri et Laurent Bougui Tchagba de l'Union pour la démocratie et la paix en Côte d'Ivoire (UDPCI), Paulin Claude Danho du Parti ivoirien des travailleurs (PIT), Sidiki Konaté, proche de Guillaume Soro qui semble se rapprocher davantage du camp présidentiel, Aouélé Eugène Aka et Joseph Séka Séka, du PDCI, tous favorables au projet présidentiel ont été cooptés dans l'équipe gouvernementale, assurément pour donner un coup de vent à la dynamique du président Ouattara de former au plus tôt le RHDP. Son intention de peser sur la présidentielle de 2020 est donc évidente.

Et pour parvenir à ses fins, ADO surfe sur la scission au sein du PDCI, vu qu'une frange de ce parti «faiseur de roi», à la suite du vice-président, Daniel Kablan Duncan, est décidée à composer avec le Rassemblement des républicains (RDR), parti présidentiel. Pourtant son propre parti couve également des germes de friction dans la perspective des élections municipales et législatives à venir. Déjà, le président de l'Assemblé nationale, Guillaume Soro a donné le ton en jouant les équilibristes lorsqu'il déclare que «la division, assurément, fera notre faiblesse... », dans un discours retransmis à la télévision nationale.

En tous les cas, si ADO continue d'ignorer sa promesse de réaliser l'alternance en faveur d'un militant du PDCI à la fin de son mandat, l'horizon va demeurer sombre en terre d'Eburnie. Surtout dans un contexte où alors que les plaies provoquées par le conflit armé de 2002 et la crise postélectorale de 2010 ne se sont pas encore cicatrisées.

Le risque est aussi énorme qu'en fonçant la tête baissée vers le parti unifié, ADO perd le crédit et donc le soutien de son allié, Bédié pour finalement constituer une coalition «poids plume» en vue des élections de 2020, surtout qu'on lui prête déjà des intentions de devenir le président dudit parti.

Cote d'Ivoire

Mamy Sylvie Rambeloson, l'ambassadrice de la mode malgache en Côte d'Ivoire

Elle fait partie de ces personnes qui portent haut le flambeau malgache à l'étranger. Mamy Sylvie est un… Plus »

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.