11 Juillet 2018

Burkina Faso: Cité de la diaspora - 1 000 logements pour les Burkinabè de l'étranger

Le ministère de l'Urbanisme et de l'Habitat a lancé officiellement la construction de la Cité de la diaspora, le mercredi 11 juillet 2018 dans la commune de Koubri en présence du Premier ministre, Paul Kaba Thiéba.

Les Burkinabè de l'extérieur, désireux d'acquérir une villa, peuvent désormais compter sur le Programme national de construction de logements (PNCL). Le ministère de l'Urbanisme et de l'Habitat, dans le cadre de sa politique, a prévu un site dénommé «Cité de la diaspora» à leur intention.

A l'occasion du forum de la diaspora qui se tient, du 11 au 13 juillet à Ouagadougou, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a posé la première pierre de cette infrastructure, hier 11 juillet dans la commune de Koubri située à quelques kilomètres au sud de la capitale.

Selon le ministre en charge de l'habitat, Maurice Dieudonné Bonanet, cette cité qui couvre une superficie de 100 ha comprendra 1 000 logements de type F3, F4 et F5, bâtis sur des superficies de 300 m². Le ministre a aussi relevé que des équipements socio-collectifs sont prévus. Il s'agit notamment d'une maison de la diaspora, d'écoles, de centres de santé et un aménagement d'espaces verts.

Soutenir le PNDES

De l'avis de M. Bonanet, cette démarche s'inscrit dans le cadre du programme du président du Faso qui s'est engagé d'ici 2020, à faire de l'accès au logement un droit effectif. Puis, le Premier ministre de préciser qu'il s'agit d'une composante du programme 40 000 logements.

«Ces logements viendront soulager nos frères de la diaspora. J'ai vécu à l'étranger et je puis vous assurer que l'une des principales préoccupations d'un Burkinabè vivant à l'étranger, c'est d'avoir un pied à terre chez lui. Tant que vous n'avez pas un toit chez vous, vous n'êtes pas accompli.

C'est extrêmement important pour l'épanouissement personnel», a-t-il souligné. Les villas qui sont présentées sont de haut standing et permettront aux Burkinabè de l'extérieur d'avoir des logements décents à des coûts qui défient toute concurrence, a rassuré le Premier ministre.

Un avis partagé par Lassina Ouattara, un Burkinabè vivant au Congo Brazzaville. Pour lui, les prix proposés qui varient de 27 à 48 millions de F CFA sont abordables. «Avec ce programme nous sommes rassurés car tout Burkinabè de l'extérieur a au moins une fois été escroqué par un frère, une sœur, une tante, lorsqu'il veut acquérir une parcelle ou construire une maison», a-t-il déploré.

Il a de ce fait remercié les autorités qui ont pensé à la diaspora. «Depuis 1960, aucun gouvernement n'a pensé aux Burkinabè de l'extérieur. L'intérêt de cette cité est donc historique», a-t-il souligné.

Il a en outre indiqué que la diaspora jouera sa partition dans le développement du Burkina Faso. «Nous ferons de sorte à relever notre contribution au Produit intérieur brut de 1,8 à 3% comme souhaité dans le cadre du PNDES», a rassuré M. Ouattara.

Burkina Faso

Résulats partiels catastrophiques au Bac A4

En attendant que des voix les plus autorisées fassent le point du Baccalauréat 2018, l'on peut faire le… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.