12 Juillet 2018

Tunisie: La «peinture à l'aiguille» et ses mystères...

Lancée le 2 juillet, la session a été au profit d'une vingtaine d'artisanes tunisiennes, relevant, pour la plupart, des centres de formation de l'Unft.

Après avoir côtoyé leurs consœurs chinoises, appris à manier au fil et à l'aiguille des tissus bien délicats comme la soie et la mousseline, les bénéficiaires de la formation ont réussi à percer le mystère d'une broderie unique au monde, à savoir la broderie de Suzhou. Ce savoir-faire d'outre-mer, d'une autre civilisation, sera prochainement introduit, notamment dans les centres de formation relevant de l'Unft, comme une nouvelle spécialité à apprendre et à perpétuer.

Parmi les brodeuses ayant participé à la formation figure Mme Jalila Kahtar, de Kairouan. Ses 35 ans de carrière dans le domaine de la broderie traditionnelle ne l'ont aucunement découragée à apprendre de nouvelles techniques venues d'un pays aussi lointain.

«Dès le premier jour, les formatrices chinoises nous ont donné un motif à broder à notre manière. Nous avons réussi l'épreuve, à leur grand émerveillement. Puis, elles ont passé à une autre étape, celle de nous montrer leur technique à elles. Au final, les deux techniques se valent ou presque. Nous avons, poursuit-elle, saisi l'occasion pour montrer, dans le cadre d'une exposition concoctée par l'Unft, nos propres produits, des broderies qui mettent en valeur les spécificités régionales de la broderie tunisienne». Cette expérience constitue, à son sens, une opportunité à saisir pour enrichir sa technicité et apprendre la broderie chinoise appelée aussi «la peinture à l'aiguille».

De la soie et de la mousseline à broder

Autre participante qui se réjouit de cette expérience : Mme Khadouja Belhaj. Formatrice au centre de formation relevant de l'Unft à l'Ariana, elle n'a, désormais, plus de doute sur le talent confirmé des brodeuses tunisiennes, qui réussissent à merveille tous les points et toutes les techniques.

« Certes, la session a été fructueuse sur tous les plans, et ce, pour les artisanes tunisiennes que pour les formatrices chinoises. Cependant, sur le plan de la technicité, je peux vous dire que les brodeuses tunisiennes maîtrisent tous les points même les plus compliqués : le point noué, le point lancé, le point émaillé, le point richelieu, le point de Nabeul, le point de Hammamet, de Bizerte et représentent toutes les techniques élémentaires de notre activité. La spécificité de la broderie chinoise réside, par contre, dans la qualité des tissus et des outils utilisés. Pour une brodeuse habituée à manier des tissus assez rigides comme el hayek, el kontil ou encore el tall, il n'est pas évident qu'elle soit à ses aises en essayant de broder de la soie à l'aide d'aiguilles trop fines», explique-t-elle.

Un avis que partage Mme Dalila El Ghoul, brodeuse chevronnée issue de Sousse. Heureuse d'avoir percé le mystère d'une broderie qui lui semblait difficile à réaliser mais qui, en réalité, est beaucoup plus facile qu'elle ne le pensait, elle se réjouit aussi d'avoir enrichi son expérience par une formation spécialisée. «Cette technique n'ajoutera sûrement rien à notre travail de brodeuses investies dans la pérennisation du costume traditionnel. Néanmoins, elle nous permettra, certainement, de développer une activité parallèle, plus soft sans doute et d'utiliser la broderie chinoise pour produire des foulards, des robes soirées et même des toiles en soie», indique-t-elle.

La session de formation a pris fin en beauté. Toutes les participantes ont décroché des attestations de stage remises par les partenaires chinois. Sept d'entre elles ont reçu des attestations de distinction qui les habilitent, désormais, à former d'autres femmes en broderie chinoise et à leur apprendre à perfectionner un savoir-faire unique, lequel peut s'avérer une source de revenu, voire d'autonomie socio-économique.

Tunisie

Egypte-Tunisie, leadership en jeu

C'est un classique du football africain. L'Egypte, sept fois sacrée en 23 participations, et la Tunisie,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.