12 Juillet 2018

Sénégal: Planification familiale - Plus de 21% de femmes n'avaient pas accés aux methodes modernes

« Près de 21,9% des femmes qui voulaient éviter ou retarder une grossesse l'année dernière n'avaient pas accès à la contraception moderne ». L'annonce est de la représentante-résidente du fonds des Nations unies pour la population (Fnuap) au Sénégal, Cécile Compaoré Zoungrana. C'était l'occasion de la journée mondiale de la population (Jmp) célébrée hier, mercredi, à Kolda et placée sous le signe : « la Planification familiale est un droit humain ».

A l'occasion de la journée mondiale de la population (Jmp) célébrée hier, mercredi, à Kolda et placée sous le signe : « la Planification familiale est un droit humain », la représentante-résidente du fonds des Nations unies pour la population (Fnuap) au Sénégal, Cécile Compaoré Zoungrana a relevé que « près de 21,9% des femmes qui voulaient éviter ou retarder une grossesse l'année dernière n'avaient pas accès à la contraception moderne ».

Rappelant que le taux de prévalence contraceptive a presque doublé de 2012 à 2017, passant de 16,1% à 26,3%, Cécile Compaoré Zoungrana est revenue sur les disparités régionales en indiquant que « le taux de Kolda se situe à 21,1%, en deçà de la moyenne nationale. Les besoins non satisfaits en planification restent élevés en dépit des efforts déployés par l'Etat du Sénégal ».

« Laplanification familiale est un droit fondamental, mais ce droit est dépourvu de signification si les individus et couples n'ont pas accès aux contraceptifs, à l'information et aux services qui leur permet d'accéder à ce droit », a-t-elle souligné. Non sans saluer les efforts consentis par le Sénégal pour rendre disponibles les produits contraceptifs jusqu'au dernier kilomètre et rapprocher les services de planification familiale des familles.

Relevant que la planification familiale a des impacts positifs pour la femme, l'adjoint au gouverneur, chargé des affaires administratives, Cyprien Antoine Ballo, a souligné que les impacts positifs de la planification familiale sur la santé physique et psychique des femmes ». Ce qui lui pousse à signaler la nécessité de l'implication des hommes pour une bonne planification ».

Dans la même foulée, la représente résidente de Fnuap a déclaré que « les bienfaits de la planification familiale ne sont plus à démontrer parce que, des études et recherches ont montré que l'espacement des naissances est une des stratégies les plus efficaces pour réduire les décès maternels ».

« Les investissements dans la planification familiale peuvent générer un dividende démographique qui améliore le potentiel de revenu économique du pays concerné », poursuit-elle.

Sénégal

Le Congo et le Sénégal font jeu égal

Venus à Brazzaville en quête d'un bon résultat, les Lionceaux de la Teranga du Sénégal… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.