12 Juillet 2018

Congo-Brazzaville: Lutte contre la drépanocytose - Antoinette Sassou N'Guesso reçoit une distinction d'honneur

A l'occasion de la tenue à Brazzaville, du 12 au 14 juillet, du congrès africain d'hématologie, l'épouse du chef de l'Etat, présidente de la Fondation Congo Assistance, a été primée pour les efforts consentis dans la lutte contre la drépanocytose, une maladie génétique très répandue dans le monde et reconnue aujourd'hui comme une priorité de santé publique.

L'épouse du chef de l'Etat a reçu son diplôme des mains du Pr Lazare Kaptué, hématologue et chercheur africain. Auparavant, il a félicité de vive voix la première dame du Congo pour son engagement. Recevant sa distinction, Antoinette Sassou N'Guesso a réaffirmé sa détermination dans la lutte contre la drépanocytose, les cancers, l'infection à VIH, le paludisme ainsi que dans le bien-être du couple mère et enfant, même s'il existe encore quelques faiblesses aggravées par des difficultés financières.

Aux participants et chercheurs, elle a exhorté chacun à un sursaut d'effort afin qu'ensemble, ils fassent aboutir, avec l'appui des autres pays, le combat « noble » mené en Afrique.

« Les premiers Etats généraux mondiaux sur la drépanocytose, organisés en juin 2005, à Brazzaville, nous ont ouvert les yeux et nous ont permis de tracer ensemble de nouvelles perspectives. Au Congo, notre plaidoyer a abouti à la mise en place d'un Centre national de référence de la drépanocytose », a-t-elle rappelé.

Dans la foulée, elle a cité d'autres structures similaires construites à Bamako, Cotonou et Lagos. Antoinette Sassou N'Guesso s'est réjouie du fait qu'au Nigeria, le programme des greffes sur la drépanocytose a déjà débuté, alors qu'à Marrakech, Alger et Tunis, ces greffes sont réalisées pour la thalassémie, la drépanocytose et les cancers du sang.

« L'intérêt des centres de référence qui sont des pôles d'excellence dans l'amélioration des conditions de diagnostic y compris le diagnostic précoce et de prise en charge de la drépanocytose visent à fédérer nos connaissances et à mutualiser nos efforts afin d'accélérer l'amélioration de la qualité de vie des personnes vivant avec la drépanocytose », a conclu Antoinette Sassou N'Guesso, ouvrant les travaux du congrès.

Pour sa part, le Pr Alexis Elira Dokékias, président du comité d'organisation et président du comité scientifique, a rappelé que la drépanocytose était devenue « un véritable problème de santé publique, pas encore une priorité de santé publique ». Il a saisi cette opportunité pour saluer le plaidoyer et l'implication de la première dame du Congo dans la lutte contre cette maladie.

L'OMS promet son soutien

Le congrès d'hématologie abordera des thèmes aussi variés que la drépanocytose, les maladies hémorragiques constitutionnelles, la sécurité transfusionnelle, etc. Sur ce, la directrice régionale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Matshidiso Moeti, a déploré le fait que la drépanocytose reste encore méconnue du grand public.

« Dans le monde, il y a environ cent vingt millions de personnes porteuses du trait drépanocytaire dont deux tiers en Afrique. Nos Etats seuls, sans l'appui des partenaires, ne pourront faire face à l'information, la communication, l'éducation, le dépistage, la prise en charge des cas, et aussi la recherche fondamentale de certaines données », a déclaré le Dr Matshidiso Moeti dans son mot de circonstance, reconnaissant le rôle « important » joué par le Congo, à travers l'épouse du chef de l'Etat.

Avant de clore son propos, elle a lancé un appel à toutes les parties prenantes dans la lutte contre les maladies non transmissibles à une grande mobilisation et à la recherche des ressources afin de réduire la charge, assurant que « l'OMS continuera à jouer un rôle clé dans la prévention et le contrôle des maladies non transmissibles et hématologiques. L'OMS, dans la mesure de ses moyens, apportera son soutien nécessaire à la mise en œuvre des recommandations qui seront prises à l'issue du congrès ».

Après avoir salué à son tour l'action de l'épouse du chef de l'Etat, la députée maire de Kintélé, Stella Mensah Sassou N'Guesso, a relevé quelques faiblesses dans la lutte contre la drépanocytose, telles que l'insuffisance de l'équipement, la non prise en charge des malades en dehors de Brazzaville, l'insuffisance du dépistage, etc.

La société d'hématologie qui sera créée à l'issue des assises se donne pour objectif d'unir les efforts consentis afin d'aboutir à une communion d'action pour faire avancer la recherche, le diagnostic et la prise en charge des malades du sang.

La cérémonie d'ouverture du congrès africain unifié d'hématologie a été marquée également par la projection d'un film documentaire retraçant les activités de l'épouse du chef de l'Etat dans la lutte contre la drépanocytose.

Congo-Brazzaville

Spectacle - Fally Ipupa en concert ce soir à Brazzaville

L'artiste musicien va livrer un show ce 18 août au stade Alphonse-Massamba-Débat, pour le plus grand… Plus »

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.