14 Juillet 2018

Tunisie: De la déception aux retrouvailles

Oui, le football dépasse le cadre sportif. Le temps d'une Coupe du monde, il n'est pas interdit de rêver et d'imaginer que les grands problèmes géopolitiques internationaux puissent se régler en 90 minutes avec un ballon rond derrière lequel courent 22 joueurs !

Question de symboles peut-être ! L'idée que tout se décante par le sport, vecteur de rapprochement par excellence, est souvent réinventée périodiquement en période de tensions sur fond de grands événements sportifs.

La symbolique du sport comme métaphore des tensions est depuis longtemps un cliché de la géopolitique de comptoir, qui peut même se révéler payante (au moins en apparence).

On pense bien sûr aux derniers Jeux olympiques de Pyeongchang en Corée du Sud, qui ont servi de décor (de mise en scène, diront les sceptiques) au prélude de dégel auquel on a assisté ensuite entre la Corée du Nord et les États-Unis.

Parfois hélas c'est l'inverse qui se produit, quand le sport devient catalyseur d'un conflit, comme dans la guerre dite «du football» de 1969 entre le Honduras et le Salvador.

Le temps d'une Coupe du monde, il n'est donc pas interdit de rêver. Et au vu du match de classement de cet après-midi, cette confrontation serait le match parfait, la clé pour avancer sur la question du Brexit.

Bon, ne nous égarons pas et revenons à nos moutons ! La petite finale de cet après-midi entre la Belgique et la Grande-Bretagne s'annonce disputée, même si l'enjeu, la troisième place, ne sera pas le même que celui qui mettra aux prises les Bleus et les Croates.

Sur le podium ou au pied de l'estrade!

La Belgique et l'Angleterre doivent donc se contenter de la «petite finale» après leurs défaites respectives face à la France et la Croatie. Les deux équipes, qui se sont déjà croisées lors de la phase de poules, auront-elles avalé leur déception et seront-elles en mesure de terminer la compétition en beauté ?

C'est l'une des interrogations de ce match. L'autre enjeu de la rencontre concerne le classement des buteurs : Harry Kane, actuellement leader avec 6 buts, cherchera sans doute à valider ce titre honorifique de «Soulier d'or» de la compétition.

Le coup d'envoi du match sera quant à lui donné dans le stade où les Diables Rouges ont perdu leurs illusions, en demi-finale face à la France! Les hommes de Roberto Martinez ont d'ailleurs bénéficié d'un jour de récupération supplémentaire par rapport aux Anglais, qui ont joué mercredi dernier contre la Croatie.

Chapitre historique des rencontres, c'est la deuxième fois que la Belgique et l'Angleterre s'affrontent dans cette Coupe du monde. Lors du dernier match du groupe G, lors de la phase de poules, les Diables Rouges s'étaient imposés sur le score de 1-0, grâce à un but de Januzaj.

Un résultat qui leur avait permis de terminer à la première place du groupe, même si les deux équipes étaient déjà qualifiées avant la rencontre. Les deux sélections se sont également croisées dans cette compétition en 1954 (4-4) et en 1990 (victoire 1-0 de l'Angleterre en 8e de finale).

Enjeu relatif ?

Volet composition des deux onze, les deux sélectionneurs n'ont pas encore dévoilé leurs intentions concernant la composition de leurs équipes. Vont-ils faire tourner leurs effectifs pour ce match à l'enjeu relatif ou aligner la meilleure formation possible pour tenter de remporter cette petite finale ?

Si c'est la deuxième option qui est choisie, la Belgique devrait se présenter en 4-3-3 avec Courtois, Meunier, Alderweireld, Kompany, Vertonghen, Chadli, Fellaini, Witsel, De Bruyne, Lukaku et Hazard. Côté anglais, Gareth Southgate restera probablement fidèle à son schéma à trois défenseurs avec Pickford, Walker, Stones, Maguire, Trippier ou Alexander, Arnold, Lingard, Henderson, Alli, Young, Harry Kane, Sterling ou Vardy.

Maintenant, si l'on spécule, sachez qu'en cas de victoire et donc de troisième place, les Diables Rouges entreront encore un peu plus dans l'histoire, en dépassant la quatrième place de 1986, quand la défaite des Belges en demi-finale face à l'Argentine (0-2) avait été suivie d'une autre contre... la France, décidément (2-4 après prolongations) !

Les absents ont toujours tort !

Chapitre absences pour raisons diverses, Jordan Henderson souffre de fatigue musculaire, Kieran Trippier a mal aux adducteurs et Kyle Walker souffre de crampes. Enfin, la motivation financière devrait permettre aux joueurs belges de donner le meilleur d'eux-mêmes cet après-midi. Au jour d'aujourd'hui, ils ont remporté une prime individuelle de 281.000 euros.

En cas de troisième place, elle grimpera à 313.000 euros, soit l'équivalent d'une prime de match à 32.000 euros. Cela représente une nette différence avec les 8.500 euros par victoire lors des matches de qualification et les 2.500 euros pour les matches amicaux.

Les 23 joueurs repris par Martinez vont également être rémunérés suite aux recettes générées par le merchandising. Si un total égal ou supérieur à 2.5 millions est atteint, les joueurs toucheront 50 % de la somme totale en brut.

Si ce montant n'est pas atteint, ils n'obtiendront par contre aucune rémunération à ce niveau-là !

Pour finir, notons que ce sera un match particulier pour Meunier qui apprécie particulièrement l'équipe d'Angleterre. Il l'a affirmé récemment sans hésitation:« Je dois beaucoup au football anglais! J'étais admirateur de Shearer, Scholes, de toute l'équipe de Manchester United à l'époque. Ce sera un double plaisir de les affronter et de les battre surtout !». Le décor est planté.

Messieurs, régalez-nous !

Tunisie

Egypte-Tunisie, leadership en jeu

C'est un classique du football africain. L'Egypte, sept fois sacrée en 23 participations, et la Tunisie,… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.