14 Juillet 2018

Tunisie: Un réseau d'information sur les femmes de la Méditerranée est né

Une ambiance de sororité a régné dans la demeure de Monica Lanfranco. La bienveillance de l'hôte italienne mais aussi l'impact de l'identité méditerranéenne qui unit et imprègne les femmes de la région y étaient pour quelque chose.

Langage sexiste et images stéréotypées

Les femmes des deux rives nord et sud ont un autre point commun : un manque de visibilité dans les médias mainstream, y compris lorsqu'il s'agit d'histoires et d'expériences inédites et innovantes les concernant. Sous-représentées et stéréotypées, elles sont souvent victimes d'un sexisme ordinaire, qui semble avoir la vie dure.

« Vingt ans de berlusconisme ont fait beaucoup de mal aux femmes italiennes. Leur image est réduite au sexe et à la beauté. A Télé 5, on parle de violence à l'égard des femmes comme il y a cinquante ans, en banalisant le mal et en prenant presque le parti des agresseurs. Souvent à la télé, on ne peut rien faire d'autre que d'éteindre l'écran », témoigne Frederica Tourn, journaliste italienne.

« Un langage sexiste règne dans notre paysage audiovisuel. Attention aux mots que nous utilisons. Car les mots sont des pierres : on peut bâtir une maison avec comme on peut tuer quelqu'un », ajoute Monica Lanfranco.

Pour Caroline Brac de la Perrière, la directrice de FFMed, les régressions dans l'univers de la presse féministe sont regrettables : « Des publications ont disparu alors que la presse généraliste a du mal à évoluer », affirme-t-elle.

Samia Allalou, journaliste algérienne et membre du Fonds pour les femmes en Méditerranée, a longtemps cherché dans le monde arabo-musulman une revue féministe : « Je n'en ai trouvé aucune », soutient cette ancienne figure marquante de la télévision algérienne, qui tourne depuis 2005 des documentaires sur les droits des femmes et leur lutte dans différents pays d'Afrique.

L'Association « Prenons la Une » réunit des femmes journalistes

Devant un plafond de verre qui persiste en excluant les femmes des postes de direction des rédactions, des initiatives apparaissent ici et là pour contrecarrer cette tendance à un univers médiatique dominé par les hommes. En Palestine, la radio « Sawt Ennisa » (La voix des femmes) fonctionne avec un personnel 100% féminin.

Elle veut porter la voix des femmes et les informer sur des thématiques qui les intéressent : santé, éducation, économie, politique... En France, le magazine « Femmes d'ici et d'ailleurs » est un trimestriel qui propose de dénoncer les violences faites aux femmes et surtout de faire connaître celles qui font bouger les lignes.

En France encore, l'Association « Prenons la Une » réunit des femmes journalistes engagée pour une juste représentation des femmes dans les médias et pour l'égalité professionnelle dans les rédactions.

Ailleurs, en Croatie, Espagne, Italie, Algérie, Maroc, Egypte... des initiatives pour faire entendre le point de vue des femmes sur le monde qui les entoure fleurissent grâce au nouvel écosystème médiatique : réseaux sociaux, Internet, Youtube...

Monica Lanfranco rêve d'unir toutes ces synergies dans un réseau/ plateforme multimédia dédié aux femmes de la région. « Un réseau qui reflèterait un journalisme nouveau, fait de photos, BD, caricatures, articles, vidéos... ».

Le rêve de Monica devient projet

Pendant les journées d'échange et de débat à Caranzano, le FFMed a adopté le rêve de Monica comme objectif de la rencontre. Un premier jet du projet réseau/plateforme des femmes de la Méditerranée a été esquissé.

Cette structure veut diffuser l'information et des bonnes pratiques à propos des femmes. « A ce propos, les femmes du sud peuvent être aussi inspirantes que les femmes du nord », insiste Nidhal Al Azhari, activiste féministe marocaine et présidente de l'association Union des féministes libres.

Ce nouvel outil de communication cherche également à centraliser une information crédible sur le genre éparse et à la diffuser largement à travers tout le réseau méditerranéen et au-delà.

Il veut aussi renforcer la solidarité et la complémentarité entre les militantes professionnelles, les activistes sur les réseaux sociaux et les journalistes, tout en essayant d'atteindre les grands médias en y relayant une information attractive sur le vécu et les droits des femmes.

Car tout l'art à ce niveau consiste à sortir des niches et des cercles traditionnels féministes pour devenir un levier pour une prise de décision en faveur des femmes et de leurs droits et libertés.

A Caranzano, un bureau, un conseil et une équipe de coordination ont été choisis pour commencer à travailler sur la forme et le contenu du réseau. Il reste à trouver les fonds pour rendre le rêve de Monica vraiment possible

Le Fonds pour les femmes en Méditerranée en bref

Le Fonds pour les femmes en Méditerranée (FFMed) a été créé voilà dix ans. L'initiative est venue de femmes engagées depuis plusieurs dizaines d'années pour les droits des femmes dans la région méditerranéenne.

Ces femmes, attachées plus que tout à une identité méditerranéenne faite de brassage et de métissage des cultures, ont estimé nécessaire de fonder une structure dévouée à soutenir financièrement le mouvement pour l'émancipation des femmes dans la région. « L'argent est bien le nerf de la guerre », persistent-elles à croire.

Le FFMed met en œuvre des programmes tels que le renforcement des jeunes femmes qui s'engagent à faire changer les lois discriminatoires et les mentalités dans les pays de la Méditerranée, notamment en organisant des sessions de formation sur « l'intelligence collective ».

Le FFMed met en place également, à chaque fois que les situations urgentes l'exigent, des espaces de réflexion qui facilitent le dialogue entre groupes et associations de femmes d'un même pays et qui permettent de mettre au point des stratégies communes.

Le FFMed est doté d'un conseil d'administration où la Tunisie est représentée par Alya Cherif Chammari, experte, juriste, avocate et militante pour les droits des femmes et l'égalité entre les sexes dans plusieurs organisations de défense des droits humains nationales et internationales. O.B.

Tunisie

Nutrition infantile en milieu scolaire - Cinquante pays échangent leur expérience à Tunis sur les défis à relever

Le 20e Forum mondial sur l'alimentation se tient jusqu'au 25 octobre en Tunisie. Il rassemble des représentants… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.