14 Juillet 2018

Congo-Kinshasa: Édification de la démocratie - La société civile appelée à repenser son engagement pour le pays

L'invite a été lancée, le 12 juillet, à Lubumbashi, au terme de la conférence-débat organisée par l'Institut de recherche en droits humains (IRDH).

Professeurs d'universités, animateurs d'organisations non gouvernementales (ONG), journalistes et autres intellectuels ont débattu, à l'initiative de l'IRDH, sur le rôle et la place de la société civile dans l'édification de la démocratie et de l'État de droit en République démocratique du Congo (RDC).

Dans leur conclusion, les participants ont noté « l'urgence de repenser les actions des organisations non gouvernementales nationales et internationales, face aux difficultés de l'édification de la démocratie et l'État de droit, en RDC ».

Selon eux, les ONG congolaises doivent « redevenir plus citoyennes qu'expertes, plus actives que spectatrices, plus exigeantes et déterminées, dans la non-violence, comme la veuve face au juge inique, de la parabole rendue dans la sainte Bible (Luc 18 :1-8) ».

Ils ont, en effet, relevé que la problématique de l'engagement citoyen se posait avec acuité dans le contexte où le flou et l'incertitude sont entretenus par des politiciens véreux qui mettent en danger l'avenir du pays.

Dans ce cas, ont-ils souligné, la société civile doit éclairer le citoyen et l'aider à exprimer ses desiderata, en tant que souverain primaire, dans un but non lucratif et sans vouloir conquérir le pouvoir.

Pour les participants à la conférence-débat qui se sont inspirés de la veuve face au juge inique dans la Bible, la société civile doit exiger sans relâche au quotidien jusqu'à l'obtention du respect par les gouvernants de la volonté du souverain primaire suffisamment exprimée dans la Constitution et l'Accord politique de la Saint-Sylvestre.

À l'instar du Comité laïc de coordination, l'Institut pour la démocratie, la gouvernance, la paix et le développement en Afrique et l'Association congolaise pour l'accès à la justice, la conférence-débat de Lubumbashi attend du président Joseph Kabila l'acceptation du fait que son deuxième et dernier mandat a expiré depuis décembre 2016 et qu'il ne peut en briguer un troisième, le 23 décembre 2018.

Le chef de l'État a été exhorté à libérer les prisonniers politiques emblématiques ainsi que les leaders des mouvements citoyens et à arrêter des poursuites judiciaires politiquement motivées contre des leaders de l'opposition politique contraints à l'exil.

Cette conférence-débat, précisons-le, a été tenue à la médiathèque de l'Institut français de Lubumbashi, sur le rôle de la société civile dans l'édification de la démocratie en RDC, analysé dans le livre du directeur général de l'IRDH, Me Hubert Tshiswaka Masoka.

Congo-Kinshasa

Thabo Mbeki, le nouvel envoyé spécial de l'Afrique du Sud

La nation arc-en-ciel a décidé d'envoyer son ex-président pour jouer les observateurs en… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.