16 Juillet 2018

Cameroun: Paul Biya - « Nous devons mutualiser nos moyens »

L'intégralité du toast prononcé par le président de la République à l'occasion du déjeuner d'Etat en l'honneur du président de la Commission de l'Union africaine.

«Monsieur le président de la Commission de l'Union africaine, Le peuple camerounais, mon épouse et moi-même sommes particulièrement heureux de vous accueillir à l'occasion de votre première visite officielle en terre camerounaise, depuis votre élection à la présidence de la Commission de l'Union africaine. Je vous souhaite donc une cordiale bienvenue, ainsi qu'un séjour agréable et fructueux au Cameroun, pour vous-même et pour la délégation qui vous accompagne.

Permettez-moi de saisir cette occasion solennelle pour vous renouveler, en mon nom propre et au nom du peuple camerounais, nos chaleureuses félicitations pour votre brillante élection. Elles vous conduit à présider désormais aux destinées de l'Union africaine, notre prestigieuse organisation continentale.

Le Cameroun, par ma voix, se réjouit qu'un digne fils d'un pays frère, ami et voisin, ait accédé aux hautes responsabilités qui sont aujourd'hui les vôtres. Soyez assuré que mon pays, qui s'honore ainsi de votre élection, comme du reste tous les pays de notre sous-région, vous accordera son soutien dans l'exercice de vos importantes missions au services de notre diplomatie continentale.

Monsieur le président, Au moment où nous vous accueillons, de nombreuses menaces planent sur notre continent. Je citerais principalement les crises socio-politiques et les attaques terroristes qui destabilisent nos sociétés, sèment la mort et causent des destructions dans nos pays. Elles provoquent non seulement le ralentissement des activités économiques et sociales, mais aussi un flux de réfugiés et de déplacés.

Il est clair que, pour y faire face, nous devons mutualier, autant que possible, nos moyens à l'échelle continentale. C'est ce que le Cameroun s'est résolu à faire, avec ses voisins de la Commission du Bassin du Lac Tchad et avec le concours de l'Union africaine, pour lutter contre l'organisation terroriste Boko Haram dans la partie septemtrionale de son territoire. Dans ce combat, nous resterons fidèles à nos engagements internationaux et à nos valeurs, notamment en matière de respect des droits de l'homme.

Notre principale préoccupation demeure, bien entendu, le rétablissement de la paix dans les zones concernées et le retour à une situation normale. Ce qui permettra aux populations de retrouver leurs occupations et aux réfugiés et déplacés de rentrer chez eux. Je sais votre détermination, Monsieur le président, à aller dans le même sens en mettant en œuvre l'agenda 2063 de l'Union africaine pour une Afrique unie, prospère et pacifiée. Cest objectif, je veux le croire, recevra l'assentiment de tous les Etats membres.

Le Cameroun et notre organisation continentale ont toujours entretenu une relation particulière. Ayant eu deux de ses ressortissants comme secrétaires généraux du temps de l'OUA, mon pays s'honore d'avoir accueilli, en 1996, le Sommet des chefs d'Etat et de Gouvernement de notre Union.

D'autre part, il a le privilège d'abriter un grand nombre de ses organismes et institutions. On comprendra que, dans ces conditions, mon pays ait l'agréable devoir de contribuer activement à l'aboutissement des principaux chantiers de l'Union africaine et notamment celui qui concerne sa réforme institutionnelle.

Qu'il me soit permis à ce propos de saluer les résultats auxquels notre organisation est déjà parvenue. Je veux parler : - De l'institution d'un passeport au niveau continental, - De la création de la zone africaine de libre-échange et - De l'instauration d'une taxe de 0,2% sur les importations hors Afrique en vue de l'autonomisation financière de l'Union africaine.

Au moment où les règles du système international en vigueur au cours des dernières années me paraissent être remises en cause et où la tendance au protectionnisme se confirme, l'intérêt de l'Afrique me semble être, en effet, de resserrer les rangs tant au niveau continental que régional.

Monsieur le président, Je voudrais, en terminant, vous dire à nouveau tout le plaisir que nous a procuré votre visite. Les entretiens que nous avons eus renforcent ma conviction que, sous votre présidence, notre organisation fera des progrès décisifs. Mesdames, Messieurs, Premettez-moi maintenant de vous inviter à lever vos verres : - En l'honneur de Monsieur le président de la Commission de l'Union africaine, Son Excellence Moussa Faki Mahamat ; - A la pérennité de la relation entre l'Union africaine et le Cameroun. Je vous remercie de votre attention. »

Cameroun

L'administration interdit la manifestation du 21 octobre du député Jean Michel Nintcheu

Le contraire aurait surpris, il fallait s'y attendre. "Au Cameroun les libertés de manifestations ne sont… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.