15 Juillet 2018

Burkina Faso: Axe Koupéla-Tenkodogo-Cinkansé - L'ANEREE «satisfait» de l'éclairage public

L'Agence nationale des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique (ANEREE) a effectué, le mercredi 11 juillet 2018, une visite sur les sites expérimentaux d'éclairage public solaire des voies à Koupéla, Tenkodogo et Bittou.

A l'issue de cette sortie de terrain, l'ANEREE a signé une convention de partenariat avec le groupe FONROCHE et SATEL-SA (Société africaine de télécoms et d'électricité), son représentant agréé au Burkina Faso.

Il est 19h10mn le mercredi 11 juillet 2018, lorsqu'une délégation de l'Agence nationale des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique (ANEREE), en compagnie de journalistes et de responsables du groupe FONROCHE et SATEL-SA (Société africaine de télécoms et d'électricité), arrive à Bittou dans la province du Boulgou.

Selon le Directeur général (DG) de l'Agence nationale des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique (ANEREE), Jean Marc Palm, il s'agit à travers cette sortie de terrain de constater les réalisations du SATEL-SA en matière d'éclairage public solaire dans ses sites expérimentaux (Koupéla, Tenkodogo, Bittou et Cinkansé).

Les visiteurs d'une soirée ont ainsi longé sur environ 3,5 km, une voie pratiquement éclairée par des lampadaires solaires et ce, au grand bonheur des populations. «Grâce à ces lampadaires, j'arrive à vendre mes mangues même la nuit. Je n'ai plus besoin de me payer une lampe», s'est réjouie Barkissou Barané, vendeuse de mangues.

A l'issue de la visite, l'ANEREE a signé sous les lampadaires à Tenkodogo, une convention de partenariat avec le groupe FONROCHE en matière de promotion des équipements en énergies renouvelables axée sur la garantie et un contrat de mise en œuvre de cette garantie avec SATEL-SA.

«L'initiative pour nous c'est de sceller des partenariats avec des fournisseurs qui garantissent leur service, capables de nous accompagner dans une dynamique de changement de manière à ce que la qualité du service soit au rendez-vous», a signifié le DG de l'ANEREE. Cette dynamique permet, a-t-il renchéri, d'asseoir et de crédibiliser ce secteur porteur.

«En matière d'énergie renouvelable, lorsque les équipements tombent en panne avant le temps de retouche-investissement vous n'avez pas fait un investissement viable», a justifié M. Palm.

Un partenariat axé sur la garantie

Cette signature tripartite, a-t-il expliqué, vise surtout à attirer au Burkina des fabricants, des fournisseurs et faire la promotion locale des entreprises représentant ces fournisseurs qui font la garantie.

En outre, il s'agit, a-t-il ajouté, de montrer que le secteur des énergies renouvelables vient avec un échiquier du contrôle permettant de s'assurer que les consommateurs ont bénéficié de services de bonne qualité.

Le directeur des marchés internationaux du groupe FONROCHE, Yassine Kerroumi a attesté que les lampadaires solaires sont autonomes, économiques, faciles à installer, performants, intelligents, sécurisés et durables (garantie de 5 ans, première maintenance à 10 ans, durée de vie 30 ans). «Notre technologie est innovante.

Nos panneaux sont munis d'un vitrage anti-adhérent et autonettoyant. Nos lanternes sont de très haute intensité lumineuse et nos batteries NIMH spécialement conçues pour les applications d'éclairages solaires, etc.», a-t-il souligné. La valeur ajoutée, a soutenu M. Kerroumi, est que ces lampadaires sont dimensionnés pour fonctionner même pendant les intempéries.

«Nous fabriquons également nous-mêmes nos produits (batteries, panneaux solaires, nos lanternes... ). Nous pouvons contrôler tous les lampadaires à distance à travers un monitoring. S'il y a une panne, le lampadaire en question nous envoie un message WhatsApp ou SMS ou un email pour signaler cela.

Notre technologie appelée Power 365 garantit 365 nuits d'éclairement par an quelle que soit la durée de la nuit. Sur plus de 700 lampadaires déjà installés tous fonctionnent normalement et leur niveau d'éclairement au sol est conforme aux normes internationales», a-t-il mentionné.

Et le DG de SATEL-SA, Oumar Charles Bayéro de préciser : «Avec l'énergie solaire nous ne payons plus à la SONABEL. Ce sont environ 15 km de voie qui sont éclairés actuellement par ces lampadaires solaires dans les quatre villes. Nos travaux ont démarré en 2017 et nous suivons le rythme des travaux de bitumage de voies dans ces villes concernées».

Burkina Faso

Au lendemain d'une attaque, la ville de Djibo reprend son souffle

Au Burkina Faso, au lendemain de l'attaque contre la brigade de gendarmerie de la ville de Djibo, dans la province du… Plus »

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.