16 Juillet 2018

Sénégal: Menace sur leur activité - L'Unacois-Jappo en croisade contre Auchan à Kaolack et...

L'Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal (Unacois/Jappo) déroule son programme de lutte contre l'implantation de Auchan à travers le pays. L'organisation commerçante était à Mbour ce dimanche, après Thiès, Diourbel et Kaolack (samedi), dans une tournée nationale de mobilisation contre l'enseigne qui, à ses yeux, menace la survie du secteur au Sénégal.

La caravane « Auchan dégage » organisée par les responsables de l'Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal (Unacois) a fait halte, samedi, dans la ville de Kaolack, au centre du pays. Une tribune saisie par le président de l'organisation professionnelle et ses camarades pour alerter l'opinion sur les dangers que fait courir à la corporation l'implantation de ce géant du commerce. L'impressionnant cortège conduit par le président Idy Thiam a fait le tour de la ville à grands renforts de banderoles et de slogans hostiles à cette marque de grande surface.

Dans la foule, des dizaines de jeunes commerçants arborent des tee-shirts rouges sur lesquels on pouvait lire : « Auchan Dégage ». Accueillis à la chambre de commerce locale par le président régional, El Hadj Tambédou, et son vice-président, El Hadj Fallou Bâ, les animateurs de la caravane se sont expliqués sur leurs motivations. «Nous avons initié une tournée nationale qui nous a menée de Dakar, à Kaolack, en passant par Thiès et Diourbel pour mettre en garde tous les commerçants mais aussi alerter les populations et les décideurs sur les dangers qui guettent tous les acteurs économiques avec l'avènement des grandes surfaces à l'instar de la franchise Auchan qui va « tuer massivement » le petit commerce qui fait vivre des millions de personnes à travers tout le Sénégal. C'est ce message que nous avons voulu lancer et nous avons bon espoir, avec l'accueil enthousiaste des Kaolackois, qu'il a été compris », a déclaré Idy Thiam.

Ces responsables de l'Unacois se disent déterminés à s'opposer frontalement à l'implantation de la multinationale française par tous les moyens légaux. « Nous ne menons pas un combat personnel pour préserver des intérêts corporatistes, mais nous voulons sauver le Sénégal et les populations contre un modèle économique qui a montré ses limites en Europe et qui se déploie largement dans notre pays en condamnant des centaines de milliers de petits commerçants à fermer boutique du jour au lendemain. Nous en appelons à la vigilance du gouvernement, du président Macky Sall qui a reçu le soutien de l'Unacois quand il a fallu, à l'entame de son mandat, diminuer les prix des produits de première nécessité », a ajouté Ndongo Dia, le premier vice-président.

Les commerçants et industriels nationaux ont reçu le soutien d'organisations de la société civile nationale, à l'instar de Guy Marius Sagna du mouvement « Frappe France Dégage ». Il préconise des assises du commerce au Sénégal et est partisan d'un moratoire pour l'implantation des multinationales des grandes surfaces au Sénégal. Hier (dimanche), la caravane était dans la ville de Mbour pour boucler la première partie de cette tournée nationale contre la chaine « Auchan ».

...AU MARCHÉ DE THIAROYE

La coalition « Auchan dégage », en partenariat avec la section locale de l'Unacois Jappo, a tenu un rassemblement de protestation au marché de Thiaroye. Les commerçants ont pointé un doigt accusateur sur l'enseigne française à laquelle ils reprochent d'être responsable de tous leurs maux.

Les commerçants sont d'avis que depuis son installation au Sénégal, Auchan est en train de leur causer beaucoup de problèmes du fait d'une « concurrence déloyale ». Ousmane Fall, président de la section Unacois de Thiaroye, estime que si l'on n'y prend garde, le secteur informel voire notre économie risquent d'en pâtir. A l'en croire, l'histoire a donné raison à un expert en économie qui avait averti que même les vendeuses d'arachides grillées risquent de se retrouver dans une situation d'oisiveté si jamais Auchan entre au Sénégal. «Aujourd'hui, l'installation d"Auchan chez nous est en train de nuire à notre commerce et un tel état de fait risque de plonger, dans le chômage plusieurs pères de famille, sans oublier la perspective d'une baisse du produit intérieur.

C'est comme si les commerçants sont des étrangers chez eux», a-t-il soutenu. Face à cette situation, les commerçants refusent « de se comporter en spectateurs ». D'où leur mobilisation pour réclamer le départ d'Auchan. «Notre préoccupation est de préserver notre secteur d'activités et de contribuer au développement économique de notre pays», a martelé Pape Kâ, porte-parole des commerçants.

Il a indiqué que les commerçants se gardent d'étaler leur stratégie sur la place publique même si, pour l'instant, ils vont se contenter de mener des activités de sensibilisation auprès des leaders d'opinion, imams, organisations religieuses, présidents d'associations et de groupements de femmes. Pape Kâ a invité les autorités du pays à donner un sens à la préférence nationale.

Commerçante au marché de Thiaroye, Mame Diarra Mbaye, quant à elle, a mis en exergue les tracasseries auxquelles les commerçants dudit marché font face de manière cyclique du fait de l'état de dégradation de la route nationale causé par la pluie tombée récemment à Dakar. «Pour une seule pluie tombée, toutes les artères du marché sont devenues impraticables. Cela a causé le ralentissement voire l'arrêt des activités commerciales et la situation est d'autant plus invivable qu'à plusieurs reprises, le maire de la commune et les autorités administratives ont été avisés à travers des correspondances», se plaint la dame.

IDY THIAM LANCE LA RÉSISTANCE À PARTIR DE THIÈS

L'Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal /Jappo, dirigée par le président Idy Thiam, a démarré une tournée nationale de mobilisation des troupes par Thiès pour faire face à ce qu'il appelle « le retour à l'esclavage par l'économie » le samedi dernier.

Dans ce combat qui, a-t-il dit, sera long, âpre et multiple, contre Auchan et toutes les personnes physiques ou morales liées de près ou de loin à son implantation au Sénégal au détriment de l'économie nationale, les commerçants et industriels sénégalais sont déterminés.

« Aujourd'hui, la mobilisation à l'étape de Thiès, ville qui symbolise courage et refus de l'asservissement sous toutes les formes, il suffit juste d'évoquer la boutade de Lat Dior Ngoné Latyr Diop à savoir qu'un étranger ne construit pas sur les terres d'autrui », a-t-il lancé devant une foule vêtue de tee-shirts rouges sur lesquels on pouvait lire « Auchan dégage ».

Selon Idy Thiam, ce combat pour la survie de leurs activités commerçantes ou industrielles dans des secteurs comme par exemple l'aviculture, la transformation des produits halieutiques, le maraîchage et autres, où un nombre considérable de Sénégalais gagnent leur pain au quotidien, « il n'est pas question de la livrer au capital étranger au détriment des intérêts nationaux du Sénégal ».

Très en verve, le président de l'Unacois /Jappo a ajouté qu'il n'est plus question pour eux de se « laisser piétiner » dans leur propre pays. Au sein de beaucoup de commerçants venus prendre part à ce rassemblement, au plan sociologique, ils se considèrent des régulateurs sociaux, une soupape de sécurité alimentaire dans la vie de tous les jours pour bon nombre de leurs pauvres compatriotes qui vivent au jour le jour.

Ce qui a fait dire à El hadji Moustapha Lô, un des vice-présidents de l'unacois/Jappo, que leur contribution à la gestion de la paix sociale dans les ménages et par ricochet dans l'espace public est d'une importance capitale dans le vivre ensemble au Sénégal. Après Thiès, la délégation de l'Unacois/Jappo a mis le cap sur Diourbel, Kaolack et Mbour et ensuite une première évaluation est prévue avant de poursuivre leur tournée nationale.

Sénégal

La FIFA menace de suspendre le Nigeria et le Ghana

La Fifa menace de suspendre les fédérations du Nigeria et du Ghana, à cause d'ingérences… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.