16 Juillet 2018

Ile Maurice: SME Development Scheme - Incursion chez deux bénéficiaires

Niché dans un coin retiré de Camp-de-Masque Pavé, l'élevage de Roshan Jhuboo ne paie pas de mine. Étendu sur environ un arpent au milieu des champs de canne et des champs d'ananas, la ferme compte à ce jour 10 500 volailles.

«J'en suis à ma seconde récolte», explique le directeur de Gautam Kantidevi Ltd. Bien que son élevage soit opérationnel depuis seulement trois mois, cela fait un moment déjà que Roshan Jhuboo y travaille. Avoir son propre élevage, il en rêve depuis 5 ans. Mais il lui a fallu beaucoup de détermination et de travail pour le concrétiser.

«Nous avons fait toutes les démarches nécessaires et, avec l'appui du ministère et SME Mauritius, j'ai finalement pu obtenir un prêt avec la MauBank», raconte-t-il.

Une fois la construction et les installations complétées, il a démarré ses activités le 27 avril cette année. «Pour le moment, je produis 10 500 poulets, mais mon marché est de 25 000», précise l'entrepreneur de 31 ans. Raison pour laquelle il compte construire un autre bâtiment pour permettre une production plus importante.

L'attrait particulier de sa ferme, c'est qu'elle est automatisée. «Nul besoin de contrôler la distribution d'eau et de nourriture manuellement, tout est contrôlé par une centrale», précise-t-il.

Et les avantages sont nombreux : plus hygiénique, plus efficient et la qualité de la volaille est meilleure, soutient Roshan Jhuboo. Mieux : la consommation d'électricité est assurée par un panneau solaire. Si sa startup a connu un bon début, Roshan Jhuboo entend bien le faire voler plus haut.

Tell Evergreen : Transition vers la culture hydroponique

Non loin de Camp-de-Masque-Pavé, plus précisément au cœur du village d'Ecroignard, Kailash Dussoye surveille ses nouvelles plantations avec attention. Sa ferme hydroponique, c'est un projet qu'il prépare depuis plus d'une année. Planteur d'ananas à la base, il a décidé de se tourner vers ce type de culture.

«Les conditions climatiques sont telles que l'on pourra de moins en moins produire par l'agriculture traditionnelle», observe le jeune planteur et chef d'entreprise de 31 ans. D'ajouter que la culture hydroponique est également plus rentable.

Mais changer de cap n'a pas été une mince affaire. Il lui a fallu monter tout un projet pour convaincre la SME Mauritius, qui était toujours connue comme la SMEDA à l'époque, et convaincre la banque de lui octroyer les fonds nécessaires, soit Rs 6,2 millions.

Il a aussi investi de sa poche afin de concrétiser son projet. «Je l'ai démarré en 2017, mais je viens de le compléter. Cela nous a pris trois mois pour effectuer toutes les installations», avance Kailash Dussoye.

Aujourd'hui, sa ferme compte dix serres, toutes dédiées à la culture de tomates. La première récolte devrait avoir lieu d'ici 15 jours. Kailash Dussoye a déjà de grandes ambitions pour sa ferme.

«Comme marchés, je vise les hôtels, le marché local aussi bien que régional comme Rodrigues ou l'île de la Réunion», soutient le chef d'entreprise. Pour ce faire, il pourra compter sur ses huit employés.

Qu'est-ce que le «SME development scheme» ?

Il s'agit d'un plan de financement et d'accompagnement chapeauté par le ministère de l'Activité économique, des entreprises et des coopératives en partenariat avec la MauBank.

Sont concernées, les PME opérant dans six secteurs identifiés par le gouvernement, dont le secteur agricole et l'artisanat. Parmi les avantages de ce «scheme» : un prêt avec un taux d'intérêt à 3 % sans garantie, entre autres.

Ile Maurice

Inondations - La colère gronde à Cottage

Ils sont remontés. Les habitants de Cottage sont descendus dans la rue pour faire entendre leur voix ce mardi… Plus »

Copyright © 2018 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.