17 Juillet 2018

Sénégal: Précisions des responsables du TER par rapport aux griefs des habitants de Cité Keur Yarakh - «Aucune action de démolition des 10 maisons n'a été entreprise»

Aucune des 10 maisons au niveau de la cité Keur Yarakh n'a jusque-là été démolie. Mieux, le mur qui a été endommagé est une propriété de l'État et non des personnes impactées. D'ailleurs, aucune action de démolition de ces maisons n'a été entreprise. Ce sont les responsables du projet de Train express régional (Ter) qui apportent ainsi des précisions face aux récriminations des impactés du Ter de la cité Keur Yarakh.

En réponse aux complaintes des populations impactées par les travaux du Train express régional (Ter) de la cité Keur Yarakh, les responsables du projet Ter précisent que jusque-là toutes les opérations se déroulent conformément à la norme. Selon le directeur de l'environnement et de la libération des emprises du Ter à l'Agence de promotion des investissements et grands travaux (Apix), Yatma Dieye, aucune des 10 maisons au niveau de Keur Yarakh n'a jusque-là été démolie.

Mieux, dit-il, le mur qui a été endommagé est une propriété de l'État et non des personnes impactées. Yatma Dieye souligne que le mur a été démoli sur une bonne partie du tracé et que ces actions se déroulent encore conformément aux prévisions et règles de droit. Les services du Ter annoncent aussi qu'aucune action de démolition de ces maisons n'a été entreprise. «Les travaux d'ouvrage en terre qui ont été effectués ont un bas de talus qui reste loin de la devanture des maisons», ajoute-t-il.

Parlant du payement du dédommagement sur le foncier réclamé par les habitants de la cité Keur Yarakh, Yatma Dieye fait savoir que la procédure est en cours. «Le traitement du foncier est actuellement en cours. Les dossiers n'ont pas la même maturité, ni la même complétude. À certains, il manque des pièces qui sont en train d'être complétées, d'autres poursuivent le processus de traitement pour paiement. Certains propriétaires ne sont mêmes pas encore passées en commission de conciliation sur le foncier car les titres fonciers sur lesquels sont assis leurs maisons sont encore au nom de leurs vendeurs, la vente restant à parfaire», explique-t-il.

Le directeur de l'environnement et de la libération des emprises du Ter estime qu'en pareille situation, demander que tout le monde soit payés de manière simultanée n'est pas en concordance avec la réalité des faits. Néanmoins, il annonce qu'un guichet unique a d'ailleurs été mis en place, avec les différents services de l'État qui interviennent dans ce processus, pour accélérer le traitement des dossiers relatifs au foncier dans le cadre du projet Ter.

Pour Yatma Dieye, les cas sont traités de manière isolée, avec la précision nécessaire. S'agissant du traitement des dossiers relatifs au bâti et au foncier, les responsables du Ter indiquent que deux commissions différentes s'occupent de ce volet. Pour les habitations, il note que chacune des maisons a été évaluée suivant son standing et les équipements qui la composent.

Concernant le délai de 5 à 6 mois décrété par le collectif des habitants impactés de la cité Keur Yarakh, Yatma Dieye signale qu'il convient d'abord de préciser qu'il n'appartient pas à l'APIX d'accorder ou non des délais. Ceci est du ressort de l'autorité administrative en charge de la mise en œuvre de l'expropriation qui se trouve être le gouverneur de la région de Dakar.

Sénégal

Au moins 226 pécheurs artisans disparus ces deux dernières années

Au Sénégal, au moins 226 pertes en vie humaines et portés disparus en mer, ont été… Plus »

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.