17 Juillet 2018

Mali: Douze personnes tuées dans l'attaque d'un village du nord-est du pays

Photo: Serge Daniel/RFI
Soldats maliens en opération à Ménaka. Face-à-face entre l'armée malienne et les combattants touaregs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) dans le nord-est.

Plusieurs hommes ont attaqué dimanche 17 juillet Injagalane, près de Ménaka, dans le nord-est du Mali. Les assaillants ont tué douze personnes sur la centaine d'habitants de ce petit village. Ils appartiendraient à un groupe jihadiste, selon le Mouvement pour le salut de l'Azawad (MSA) et le Groupe d'autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia), deux mouvements armés, pro-Bamako, engagés dans la lutte antiterroriste dans cette région. Ce mardi, le village d'Injagalane est complètement déserté.

La plupart des habitants d'Injagalane sont partis se réfugier chez des proches, dans les villages alentours ou jusqu'à Ménaka, la plus grande ville de la région. C'est la première fois qu'Injagalane est la cible d'une pareille attaque.

En plein jour, dimanche, une dizaine d'hommes à moto ont jailli sur la place du marché. « Ils ont rassemblé tous ceux qui sont là-bas, ils ont attaché tout le monde. Ils leur ont fermé les yeux. Dix d'entre eux ont été exécutés », témoigne Houmeidi, le chef du village. « Ils ont tué les autres en dehors de la ville », avant d'incendier « trois véhicules ».

Des exécutions sommaires dont le mode opératoire fait penser à Houmeidi, que le plan avait été bien préparé. Il raconte que les assaillants ont demandé « le nom de chaque personne » et utilisaient des « talkies [walkie] », comme si il y avait « quelqu'un qui les coordonnait, qui n'était pas avec eux » sur place.

A cette heure, nous ne savons pas qui sont les auteurs de l'attaque ou à quel groupe terroriste ils appartiendraient. La région de Ménaka est le fief de l'Etat islamique dans le grand Sahara (EIGS).

Une exécution de ce type peut faire penser à une action de représailles. Depuis novembre, la force française Barkhane, ainsi que le MSA et le Gatia, deux groupes armés pro-Bamako, mènent des opérations antiterroristes dans la région.

En savoir plus

L'ONU préoccupée par la résurgence des violences communautaires dans la région de Mopti

Le Bureau de l'ONU aux droits de l'homme s'inquiète de la résurgence de la violence communautaire au… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.