16 Juillet 2018

Tunisie: Le rapport de la Colibe suscite encore le débat

Le rapport de la Commission réclame, notamment, l'égalité dans l'héritage, l'annulation de l'obligation de la dot dans le mariage et le délai de viduité, ainsi que l'égalité dans l'attribution de la nationalité et le choix du nom de famille, l'abrogation de la peine de mort et l'incrimination de l'incitation au suicide.

Abdelmajid Najar, membre du conseil de la Choura d'Ennahdha et directeur exécutif de l'Union internationale des Oulémas musulmans (section Tunisie), a indiqué à l'ouverture de la rencontre que le rapport de la Colibe traite de questions «qui n'ont rien à voir avec la culture du peuple tunisien et vise à tordre le cou à la Constitution en imposant ses idées».

Le professeur de philosophie et ancien membre de l'Assemblée nationale constituante Abou Yaareb Marzouki (élu en 2011 à la tête de la liste d'Ennahdha à Tunis 1 en tant qu'indépendant), a qualifié les membres de la Colibe «de déracinés, d'incultes et d'intrus à la société». «Les modernistes arabes et en particulier les Tunisiens ne connaissent rien de l'Occident sauf la France», dit-il.

De son côté, le professeur agrégé en philosophie Hamadi El Ouadi s'est interrogé sur le bien-fondé d'accorder à la Colibe le statut de commission scientifique alors qu'elle a été créée en vertu d'un décret présidentiel.

Le spécialiste en sociologie Mohamed Haj Salem a estimé, pour sa part, que les propositions avancées par la Colibe sont présentées comme étant une réponse aux besoins de la société tunisienne alors qu'elles n'expriment que les idées d'une minorité idéologique marginalisée.

Le spécialiste en droit privé Abdelmajid Zarrouk a estimé, quant à lui, que la Colibe veut imposer une lecture unilatérale de la Constitution en contradiction avec ce texte.

Pour Sahbi Attig (député d'Ennahdha), «la Constitution a tranché la question de l'identité mais la bataille la concernant n'est pas finie». D'après lui, les laïcs cherchent à en modifier le sens en suivant le modèle occidental.

Les participants à la rencontre ont estimé que le rapport de la Colibe est appuyé par l'étranger et des fonds lui ont été accordés pour garantir son adoption en Tunisie.

La Colibe, créée en vertu d'un décret présidentiel n°111 daté du 13 août 2017, a publié le 12 juin dernier son rapport final comportant ses recommandations jugées en conformité avec la Constitution tunisienne de 2014 et les obligations internationales du pays en matière des droits humains.

Le rapport a suscité une polémique et des réactions mitigées entre ceux qui ont approuvé son contenu et ceux qui l'ont attaqué allant même jusqu'à accuser les membres de la Commission, et en particulier sa présidente Bochra Belhaj Hmida, de mécréance.

Tunisie

Un projet de loi sur l'égalité successorale

L'égalité inscrite dans la Constitution de 2014 Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.