16 Juillet 2018

Tchad: Les mesures d'austérité pèsent sur les populations

Photo: Amnesty International
Manifestation contre l'autorité au Tchad.

Au Tchad, la crise économique et les mesures d'austérité ont un impact négatif sur la population. Des secteurs tels que la santé ou l'éducation sont directement touchés.

Outre la santé et l'éducation, la crise a aussi des effets négatifs sur le respect des droits de l'homme. Depuis 2015, le Tchad traverse en effet une grave crise économique. Une crise liée à la forte baisse des cours du pétrole brut. Pour faire face à cette situation, le gouvernement a mis en place de sévères mesures d'austérité et a obtenu des aides financières internationales.

Les mesures prises par le gouvernement ont des effets néfastes sur les populations notamment les couches les plus vulnérables de la société. Et c'est ce que dénonce Amnesty international. Balkissa Ide Siddo, chercheuse pour l'organisation de défense des droits de l'homme, précise ainsi que "la répression du droit à la liberté d'expression, manifestation pacifique et association, continue au Tchad à travers l'utilisation de lois répressives pour empêcher toute critique des mesures d'austérité. Parmi ces mesures, il y a la réduction du budget du gouvernement, la baisse des salaires, la réduction des budgets dans pratiquement tous les secteurs, y compris la santé et l'éducation."

Entre 2014 et 2016, dans le cadre des mesures d'austérité, les autorités tchadiennes ont en effet réduit de 21 % les dépenses dans le secteur de l'éducation. Du coup, on se retrouve avec des étudiants qui risquent de ne pas être en mesure de poursuivre leurs études faute de moyen ou de malades qui ne peuvent pas se soigner.

Des mesures alternatives

Tout en reconnaissant l'impact négatif des mesures d'austérité sur la population, le sociologue tchadien Felix Mbetté rappelle tout de même un point selon lui important. "Les fonctionnaires en voulant revendiquer que le gouvernement restaure leurs primes et indemnités ont dû passer par des grèves et cela a joué davantage sur la population, explique-t-il. Le chef de l'Etat l'a annoncé : d'ici 5 mois il pense que les mesures d'austérité seront levées pour que la population commence à dire ouf. Mais cinq mois c'est encore long."

En attendant, Amnesty international recommande aux autorités tchadiennes de mettre en place des mesures alternatives pour faire face à la crise. L'organisation suggère par exemple une meilleure action de lutte contre la corruption et l'évasion fiscale pour renflouer les caisses de l'Etat.

En savoir plus

La population paie le prix fort des mesures d'austérité draconiennes

·          Le budget de la santé a été… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.