19 Juillet 2018

Centrafrique: Les taxis-motos interdits à Bangui

En Centrafrique, depuis lundi 16 juillet le centre-ville de la capitale est interdit aux taxis-motos. C'est une action conjointe de sécurité routière menée par les ministères des Transports, de la Sécurité publique et de la Santé face à la multiplication des accidents et des problèmes de circulations rencontrés dans la capitale. 70% des lits de traumatologie de Bangui seraient occupés par des accidentés de la route. L'objectif de cette mesure est de sécuriser les routes et à terme mieux réglementer cette profession.

Dans le centre-ville de Bangui, des files de taxis jaunes. Mais les taxis-motos ont disparu. Il faut s'éloigner de PK0 pour les trouver. Francis se plaint de cette situation : « Les policiers sont venus pour nous chasser parce qu'il y a trop de circulation dans la ville. C'est pour ça qu'ils ne veulent pas que les motos rentrent là-bas. Ça nous handicape beaucoup dans notre travail. On ne sait pas comment on peut faire. Nous perdons beaucoup d'argent, c'est pas facile. »

Les taxis-motos disent perdre jusqu'à la moitié de leurs revenus chaque jour depuis la mise en place de cette mesure. Mais du côté du syndicat de taxis et de bus on se félicite de cette initiative. Jean Peter Fall, délégué à la revendication et juridiction du syndicat : « Nous avons tenu réunion pour que les taxis-motos puissent payer leurs forfaits au niveau de l’État. Parce que les taxis payent l'impôt, les taxis payent les titres et les taxis-motos ne payent pas. C'est ce qu'on appelle une concurrence déloyale dans notre jargon. Donc la police a essayé de recadrer les taxis-motos. Et notre requête, c'est pour réglementer ce secteur pour que tout le monde puisse conduire avec un permis de conduire et avoir les pièces afférentes. »

Les usagers, eux, ne se réjouissent pas vraiment de cette mesure. Les taxis-motos sont plus rapides et en général moins chers que les taxis traditionnels.

Centrafrique

Au moins huit morts dans des combats entre groupes armés près de Birao

Des combats ont eu lieu ce dimanche 14 juillet dans la ville de Am Dafok, à l'extrême Nord-Est du pays,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.