18 Juillet 2018

Congo-Kinshasa: Médias - Freedom for journalist en colère contre un ministre pour injure publique

L'organisation de défense de la liberté de la presse et du droit à l'information entend orgniaser, avec d'autres associations, une marche de protestation jusqu'à la primature pour exiger du Premier ministre des excuses du membre de son gouvernement envers les journalistes.

Dans un communiqué du 18 juillet, Freedom for journalist (FFJ) a appelé à une marche pacifique de protestation contre le ministre de la Justice de la République démocratique du Congo, Alexis Thambwe Muamba, pour « injure publique » à l'endroit des journalistes du pays.

Cette association a, en effet, soutenu que le ministre Alexis Thambwe Muamba avait déclaré, le 16 juillet, à l'issue d'une réunion tenue à Kinshasa entre le Conseil national de suivi de l'accord, le gouvernement et la Céni, que les journalistes étaient des « minables, misérables, des personnes qui écrivent n'importe quoi pour peu d'argent, cent ou mille cinq cents dollars américains, de Moïse Katumbi et continuent à lui accorder la parole ».

FFJ s'est dit « très touché que pareilles injures sortent de la bouche d'un juriste qui connaît la portée d'une telle attitude ». Il a exigé, comme l'a fait la corporation journalistique représentée par l'Union nationale de la presse du Congo, que le ministre Thambwe présente ses excuses sans attendre. « Nous pourrions envisager une marche de protestation jusqu'à la primature où nous tambourinerons sous la fenêtre du Premier ministre pour exiger non seulement des excuses de son ministre fautif mais aussi l'appeler à le démettre pour indignité et opprobre jetés à l'ensemble des membres de son gouvernement. Il revient à l'ensemble de la corporation d'en déterminer le jour et l'heure », a précisé FFJ dans son communiqué.

Rappelant une action analogue menée contre un autre acteur politique en son temps, l'ONG pense que cette dernière devra servir de jurisprudence pour que la corporation des journalistes se fasse respectée. « Nous avions protesté par une gigantesque marche contre un député proche du pouvoir qui avait proféré des injures à une journaliste, tous les éléments sont réunis pour recourir à la même méthode démocratique contre le ministre Thambwe qui devra apprendre que le journaliste est une personnalité et FFJ se réserve le droit d'initier, avec les autres organisations professionnelles, une action en justice contre le ministre puisque l'injure publique est une infraction », a conclu le communiqué qui propose, en plus, « un embargo sur toute activité du ministre et de son département dans les médias ».

Les mêmes reproches ont été faits au ministre Thambwe Muamba par les ONG de défense des droits de l'homme, dont l'Acaj, qui l'avaient accusé, à la même occasion, de proférer des injures contre certains prisonniers et des personnalités politiques du pays.

Congo-Kinshasa

Kabila n'exclut pas un retour en 2023

L'interrogation en surtitre de cet article est suscitée par le fait qu'un dauphin du président Joseph… Plus »

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.