19 Juillet 2018

Ile Maurice: Aquaculture - La Sea Users Association pointe l'ignorance de Koonjoo

Le ministre Prem «Koonjoo a passé plus de temps à plaisanter et tenter d'esquiver les questions qu'à y répondre. Lorsqu'il a finalement daigné répondre, ses réponses étaient souvent évasives, incorrectes et contradictoires.

Nous en retenons un manque de maîtrise du sujet, de transparence et une volonté d'ignorer ce qui est aujourd'hui évident : l'élevage de poissons en mer attire beaucoup de requins».

La Sea Users Association, dans une tribune envoyée à la presse mercredi 18 juillet, est sans concession. Elle réagit à la Private Notice Question du 29 juin, sur l'aquaculture, à laquelle a tenté de répondre le ministre de la Pêche.

Après avoir dressé les lacunes de la réponse du ministre, notamment au sujet de Growfish, l'association explique pourquoi l'aquaculture est en contradiction avec la politique de la pêche.

«Monsieur le ministre de la Pêche n'est cependant pas sans savoir que le manque de poissons dans la mer est la conséquence directe de la surpêche dans le monde.

Et que fait son ministère pour y remédier ? Il octroie des permis à des bateaux de pêche étrangers, leur permettant de pêcher des tonnes de poissons par an dans nos eaux territoriales.»

Pour l'association Sea Users, Maurice est le pire endroit pour élever des poissons à échelle industrielle, vu sa taille et le fait que l'économie et les loisirs sont en grande partie liés à la mer.

Autre argument : les récentes échappées d'ombrines de la ferme marine de Mahébourg, vu le nombre, sont liées aux requins et non au vandalisme. De plus la ferme est très bien surveillée et toute intrusion humaine aurait été décelée.

Requins

L'association maintient que les cages aquacoles de Grand-Gaube et de Mahébourg attirent d'évidence les requins. Pour prouver le contraire, il faudrait des mois d'études.

«Nul ne peut affirmer avec certitude que les fermes d'élevage de poissons dans la mer n'attirent pas les requins ou ne contribuent pas à leur concentration et prolifération dans nos eaux, sans avoir effectué une étude scientifique de leur présence et comportement où les nouveaux sites sont proposés, mais surtout avant que ces sites soient implantés.» Etude que les scientifiques appellent étude du «Point Zéro » et qui permet de comparer une situation.

Autres points : les déchets organiques tuent les coraux, la politique d'élevage porte préjudice aux pêcheurs, le discours trompeur sur l'impact du projet Growfish dans l'ouest, le risque de pertes d'emplois dans le tourisme (comme à La Réunion avec les attaques de requins), le conflit d'intérêts présumé du ministre Koonjoo dans la mesure où il siège sur le comité Environmental Impact Assessment (EIA) en charge de faire des recommandations au ministère de l'Environnement sur de tels projets et le fait que le gouvernement autorise de nouveaux projets.

Pour la Sea Users Association, «il faut faire marche arrière». «Notre écosystème marin est très fragile et nous ne pouvons contrôler l'effet domino que de tels projets d'élevage de poissons en mer auraient sur le comportement des requins et autres poissons et sur notre biodiversité marine.»

Elle demande donc la révocation de la licence EIA de Growfish et de la Ferme de Mahébourg et de ne pas en octroyer de nouvelles à Growfish et Abagold à Bois-des-Amourettes.

Ile Maurice

Post-rapport Lam Shang Leen - Le Bar Council décidé à «mettre de l'ordre dans la maison»

«Le plus grand défi de la communauté légale est de maintenir la confiance du public dans un… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.