19 Juillet 2018

Cameroun: Ordre souverain de Malte - Communion avec les réfugiés

En visite hier au camp des réfugiés de Gado Badzéré, le Grand- Maître a pu toucher du doigt, la réalité du vécu quotidien des réfugiés centrafricains.

La jeune Mariama, réfugiée centrafricaine a été privée d'école par ses parents, faute de moyens mais surtout parce qu'elle est une fille et pourrait rapporter quelques têtes de boeufs à la famille. Ses frères quant à eux vont tant bien que mal à l'école, en utilisant à tour de rôle les livres et le cartable.

Heureusement, il ne s'agit là que de fiction. Mais, cette fiction mise en scène lors d'un sketch hier à Gado Badzéré traduit la réalité du danger qui guette certains déplacés centrafricains.

Au troisième jour de sa visite officielle au Cameroun, le Grand- Maître de l'Ordre souverain de Malte a choisi d'aller toucher du doigt la réalité du quotidien des réfugiés dans le camp de Gado Badzéré, dans la région de l'Est. Ouvert le 1er mars 2014, celui-ci regroupe aujourd'hui plus de 25.000 personnes, selon le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Ce, sur une étendue d'environ 55 hectares.

Son Altesse Eminentissime Fra' Giacomo Dalla Torre Del Tiempo di Sanguinetto était accompagné dans sa descente sur le terrain des autorités administratives, dont le gouverneur de l'Est, Grégoire Mvongo et des membres du gouvernement. Notamment André Mama Fouda, ministre de la Santé publique et Joseph LE, ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative, élite de l'Est.

La venue de l'illustre hôte à Gado Badzéré a mobilisé les réfugiés et humanitaires. Ces derniers fondent d'immenses espoirs en cette visite, dans un contexte de diminution des ressources allouées à la gestion des réfugiés. Pour le maire de Garoua Boulaï, Esther Yaffoe Ndoe, il s'agit d'un grand moment de réconfort pour tous les réfugiés. Car, en dépit des efforts des humanitaires et du gouvernement camerounais, les besoins restent nombreux.

La plupart des attentes sont tournées vers les secteurs de l'éducation et de la santé. Par exemple, il y a bien un poste de santé à Gado Badzéré, mais qui n'arrive pas à couvrir tous les besoins des réfugiés, qui doivent parfois aller loin à Bertoua ou à Garoua Boulaï pour se soigner. Aussi, l'élue a-t-elle notamment sollicité la construction d'un pavillon mère et enfant doté d'une ambulance.

Et, pour témoigner la gratitude des populations, le Grand-Maître de l'Ordre souverain de Malte a été fait premier citoyen d'honneur de la ville de Garoua Boulaï, dont le camp de Gado Badzéré dépend administrativement.

Dans son mot à l'endroit des populations réfugiées et hôtes, Fra' Giacomo Dalla Torre Del Tiempo di Sanguinetto a dit merci pour cet accueil chaleureux, malgré la situation difficile que vivent ces populations. Il a rassuré sur le fait que le sort des réfugiés préoccupait son gouvernement.

De même, le Grand- Maître de l'Ordre souverain de Malte a affirmé que la religion ne devrait jamais être une cause de violence mais plutôt de paix et de réconciliation. Et c'est fort de ces paroles qu'il s'est rendu à la mosquée du camp pour discuter avec des fidèles musulmans.

Ce, après avoir visité le centre de santé local et s'être entretenu avec des groupes de réfugiés constitués de femmes, d'hommes et de jeunes. Après plus de deux heures de visite, l'illustre hôte a regagné Yaoundé en début d'après-midi.

Cameroun

L'épilogue d'une élection particulièrement commentée

Paul Biya, 85 ans, a été officiellement réélu pour un septième mandat au Cameroun… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.