Afrique du Sud: Journée Nelson Mandela - S'approprier l'héritage de Madiba face aux défis d'avenir

19 Juillet 2018

La Journée internationale Nelson Mandela qui a coïncidé, cette année, avec le centenaire de ce grand homme, a été une occasion pour l'ambassade d'Afrique du Sud à Dakar, le ministère sénégalais de la Culture et le rectorat de l'Ucad de revenir sur l'œuvre du héros de la lutte contre l'apartheid.

18 juillet 1918-18 juillet 2018. Nelson Mandela aurait célébré ses cent ans, hier. Une date qui a coïncidé avec la Journée internationale Nelson Mandela initiée depuis 2009 par l'Onu.

Pour commémorer ce héros décédé le 05 décembre 2013, l'ambassade de la République d'Afrique du Sud à Dakar, le ministère sénégalais de la Culture et le Rectorat de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) ont tenu une conférence sur le thème « Héritage de Nelson Mandela, Jeunesse africaine et perspectives ».

Le hall de la salle de conférence de l'Ucad 2 a accueilli une exposition de photos, avec plusieurs clichés et dessins retraçant la vie et le parcours de ce leader hors-pair.

Le Pr Mamadou Badji, doyen de la Faculté des Sciences juridiques et politiques (Fsjp), représentant le recteur de l'Ucad, a rappelé que l'ambassade d'Afrique du Sud au Sénégal a toujours impliqué l'Ucad dans l'organisation de la Journée internationale Mandela, « un des illustres fils de l'Afrique ». Pr Badji estime que l'Ucad avait toujours contribué dans le soutien à Nelson Mandela.

En 1992, le héros de la lutte anti-apartheid avait reçu, dans ce temple du savoir sénégalais, le titre de Docteur Honoris Causa pour magnifier son rôle de combattant infatigable des droits de l'Homme. Pr Badji pense que c'est une obligation de perpétuer l'œuvre de ce « Héros africain », tout en invitant la jeunesse à s'approprier l'héritage de Mandela pour faire face aux nombreux défis.

L'ambassadeur d'Afrique du Sud au Sénégal, Lenin Shope, a soutenu qu'au moment de commémorer ce centième anniversaire, « nous nous souvenons de Nelson Mandela comme héros de la lutte de libération, combattant de la liberté et premier président démocratiquement élu d'Afrique du Sud ».

L'ambassadeur pense que cette conférence tenue à l'Ucad peut inspirer les futurs leaders africains parmi les jeunes et favoriser davantage le développement du continent en se fondant sur les idéaux et principes de Mandela. M. Shope affirme aussi que les Sud-africains n'oublieront jamais le rôle important du Sénégal dans la lutte contre l'odieux système d'apartheid.

Le directeur de cabinet du ministre sénégalais de la Culture, Lamine Sarr, allant dans le même sens, a indiqué que s'il y a un pays bien placé pour célébrer fièrement Madiba, c'est bien le Sénégal qui a offert au père de la Nation arc-en-ciel un soutien multidimensionnel dans son combat épique contre l'apartheid. Il rappelle que ce soutien s'est, en effet, matérialisé à travers des gestes forts portés par les politiques, les culturels, la société civile à travers les intellectuels.

L'appui à Nelson Mandela

Parmi les gestes forts, M. Sarr rappelle le séjour de Mandela au Sénégal, le 1er juin 1962, avec son camarade Oliver Tambo, sous le magistère du président Léopold Sédar Senghor, dans le cadre d'une tournée de recherche de soutiens, pour la lutte armée menée par l'Anc.

Un autre grand geste, selon le directeur de cabinet du ministre de la Culture, c'est celui d'avoir accueilli l'un des tous premiers bureaux permanents de l'Anc à Dakar.

En juillet 1987 aussi, avec la Fondation France Libertés de Danielle Mitterrand, l'île de Gorée a abrité les premiers pourparlers, en terre africaine, entre l'Anc représenté par Thabo Mbeki et les libérauxblancs, sud-africains, en vue d'une alternance démocratique en Afrique du Sud.

D'après M. Sarr, l'appel de Dakar servira également de détonateur qui va favoriser l'arrivée au pouvoir de Frederick de Klerk en 1989 ; lequel procèdera à la libération de Nelson Mandela le 11 février 1990, date marquant la fin de l'apartheid.

A côté des politiques, il convient de souligner l'action déterminante des artistes et acteurs culturels qui se sont beaucoup mobilisés, à commencer par Youssou Ndour et sa chanson « Nelson Mandela », popularisant ainsi la cause de Madiba.

Nelson Mandela est revenu, de ce fait, à Dakar, en novembre 1991, pour une visite de trois jours (7, 8, 9 novembre 1991) pour remercier le Sénégal.

UN LEADER PAS REVANCHARD

Le Professeur d'anglais Aliou Sow, spécialiste de l'apartheid, exposant sur le thème « Héritage de Nelson Mandela, Jeunesse africaine et perspectives », a martelé que la force de Mandela est qu'il a refusé la vengeance et l'inversion des malheurs après les difficultés auxquelles il a fait face.

Même si Mandela était considéré par ses adversaires comme un homme à problèmes, le conférencier affirme que ce dernier créait des problèmes pour régler de plus grands comme l'injustice, la ségrégation raciale de l'apartheid.

Cet homme ne voyait pas de différence entre les races et ne défendait que l'être humain car il abhorrait l'injustice d'où qu'elle provienne.

C'est ainsi qu'après la fin de l'apartheid, Madiba s'est battu pour une Afrique du Sud unie, dans une Nation arc-en-ciel, sans chasse aux sorcières. L'ancien ministre sénégalais de la Jeunesse demande à l'Afrique, qui est confrontée à de nombreux défis, d'être « le jardinier des rêves d'un continent uni » de Mandela qui a sacrifié 27 ans de sa vie pour la liberté.

S'adressant aux jeunes, Aliou Sow leur a conseillé de développer le sens du leadership et de la patience, en plus du patriotisme pour faire face aux obstacles de la vie, dans l'optimisme, à l'image de Madiba. Procédant à une comparaison avec les conditions difficiles des étudiants qui seraient tentés par le pessimisme, il fait noter que Mandela continuait ses études même en prison, alors que nos universités ne sont pas des geôles.

Appuyant cette thèse, le Pr Penda Mbow, représentant du Sénégal à la Francophonie, tranche que Mandela est le modèle achevé du leadership. Pour elle, avec les défis actuels de l'intolérance, de l'immigration, de la question sans fin de la dégradation des droits de l'Homme en Afrique, nous sommes tous interpellés pour avoir un leadership qui doit porter ces questions.

LENIN SHOPE OFFRE DES LIVRES AU DÉPARTEMENT D'ANGLAIS

Lors de la célébration de la Journée internationale Nelson Mandela tenue à l'Ucad, l'ambassadeur d'Afrique du Sud au Sénégal, Lenin Shope, a procédé à un don de livres au Département d'anglais de la Faculté des Lettres et des Sciences humaines. Ce sont des livres personnels du diplomate sur la vie de Nelson Mandela, sur l'Afrique du Sud, etc.

Ces documents qui vont renforcer la bibliothèque des étudiants du Département d'anglais, sont écrits, entre autres, par des anciens compagnons de Mandela, détenus avec lui dans la prison de Robben Island et par des journalistes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.