Sénégal: Forum scientifique de l'Isra à Saint-Louis - Les Ogm au centre des débats

19 Juillet 2018

A l'occasion des « Lundi du centre de recherches agricoles (Cra) de Saint-Louis », les chercheurs de l'Isra des différentes stations, les partenaires de l'enseignement, de la recherche et du développement se sont retrouvés, pour réfléchir sur les organismes génétiquement modifiés et identifier les avantages, les inconvénients et les limites dans leur utilisation en Afrique de l'Ouest, particulièrement au Sénégal.

Dr Amadou Ablaye Fall, agro-économiste et directeur du Cra de l'Isra de Saint-Louis, a précisé qu'il s'est agi de partager les informations sur la situation de l'utilisation et des impacts des Ogm dans les différents domaines tels que l'agriculture et l'élevage ; de proposer des réflexions et recommandations pour une meilleure prise en charge de l'utilisation des Ogm.

Dr Ablaye Fall a rappelé que depuis 1994, année de commercialisation de la première technologie Ogm, les débats de l'utilisation des Ogm ont principalement porté sur les avantages et inconvénients, sur les risques environnementaux et socioéconomiques, sur la santé humaine et sur le cadre réglementaire.

« Plus de 20 ans après, devrions-nous poursuivre dans ce sens ou réorienter les débats et se poser les bonnes questions qui répondent à nos enjeux de développement ?», a lancé Dr Fall.

En effet, a-t-il poursuivi, il est utile de s'interroger sur les Ogm pour répondre à la demande sociale (nourriture, revenus et emplois), mais à quel niveau de contrainte environnementale et pour quel bénéfice socioéconomique, au regard des risques probables.

Dr Fall a parlé de l'évaluation de l'impact socioéconomique et environnemental de l'introduction des Ogm dans les pays de l'Afrique de l'Ouest.

Il a mis en exergue la nécessité d'évaluer les aspects positifs et négatifs d'un cadre de gestion rationnelle et acceptable des Ogm dans la sous-région, de fournir des éclairages sur les impacts potentiels de Leur apport dans le développement agricole des pays de la sous-région, d'identifier les initiatives stratégiques des divers pays dans la réglementation par la biosécurité, prenant en compte les mesures de protection contre les risques.

Il a rappelé que la création des Ogm se justifie par la crise alimentaire mondiale de 2008, marquée par une hausse des prix des produits (maïs, riz, blé, etc.), par des difficultés de survie de plus de 100 millions de personnes qui se sont retrouvées dans la pauvreté, notamment les populations démunies (Banque mondiale, 2008).

En effet, 55 à 60 % des populations de l'Afrique subsaharienne sont obligées de vivre avec moins d'un dollar par jour, par la mondialisation et l'ouverture des marchés.

Ce forum scientifique à travers les « Lundi du Cra de Saint-Louis », a également enregistré la présentation du Dr Ndjido Kâne, chercheur en biotechnologie de l'Isra/Ceraas de Thiès, axée sur le thème « Les Ogm : 25 ans de controverses, doit-on continuer ? Des (bio) technologies à l'acceptabilité sociale, quels rôles pour la recherche ?

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.