19 Juillet 2018

Congo-Brazzaville: Diplomatie - Xi Jinping en tournée aux Emirats arabes unis et dans quatre pays africains

Photo: Le Pays
Le président chinois, Xi Jinping avec son homologue sénégalais Macky Sall.

Le président chinois a entamé le 19 juillet, une visite de dix jours qui le conduira également en Afrique, notamment au Sénégal, au Rwanda et en Afrique du Sud où il participera, à Johannesburg, au 10e sommet des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), un groupe de puissances émergentes.

La visite de Xi Jinping aux Emirats arabes unis sera la première d'un chef d'Etat chinois depuis vingt-neuf ans. Il y rencontrera le cheikh Mohammed ben Rachid Al Maktoum, vice-président et Premier ministre du pays, ainsi que le prince héritier d'Abou Dhabi, le cheikh Mohammed ben Zayed Al-Nahyane. Les deux parties signeront plusieurs accords de coopération dans des domaines variés, selon le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, Kong Xuanyou.

La Chine et les Emirats arabes unis ont établi leurs relations diplomatiques en 1984, ouvrant un nouveau chapitre dans la coopération et les échanges bilatéraux. Les deux pays ont, ensuite, conclu un partenariat stratégique en 2012, le premier du genre qu'un Etat du golfe avec la Chine. Grâce à ce partenariat, la coopération bilatérale s'est accélérée en couvrant davantage de domaines.

Après les Emirats arabes unis, Xi Jinping se rendra en Afrique. Au Sénégal, Beijing et Dakar devraient signer plusieurs accords de coopération économique. Par ailleurs, le président chinois prendra part à la réception officielle du Musée des civilisations noires de Dakar, une infrastructure culturelle financée par l'empire du Milieu.

À Kigali, au Rwanda, le dirigeant chinois devrait aussi signer des accords de coopération avec son homologue Paul Kagamé, président en exercice de l'Union africaine. Les entretiens entre les deux hommes porteront également sur les préparatifs du prochain sommet Chine-Afrique, prévu en septembre, à Pékin.

Xi Jinping se rendra ensuite en Afrique du Sud, où il participera, du 25 au 27 juillet à Johannesburg, au sommet annuel des Brics, pays qui se considèrent comme des « acteurs-clés du passage de l'unipolarité américano-centrique à l'ordre mondial post-occidental ». Il rencontrera, durant ce sommet, son homologue sud-africain, Cyril Ramaphosa, ainsi que le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi. Suivra ensuite l'étape de Maurice où il effectuera une visite amicale lors d'une escale sur le chemin de son retour à Pékin.

L'initiative chinoise "Ceinture et la Route" sera profitable à certains pays

Pour des experts chinois, les visites du président Xi Jinping pourraient aider davantage de pays à bénéficier de l'initiative chinoise de " La Ceinture et la route". « Outre l'Afrique du Sud et Maurice, les autres pays africains sur son itinéraire sont sous-développés. Renforcer les liens avec ces pays pourrait leur permettre de bénéficier davantage de l'initiative de La Ceinture et la route, ce qui pourra également aider ces pays à atteindre un développement collectif », a affirmé Wang Yiwei, directeur de l'Institut des affaires internationales de l'université Renmin de Chine, à Pékin.

Les visites de Xi Jinping au Sénégal, au Rwanda et en Afrique du Sud marqueront la première tournée de « l'homme du rêve chinois » sur le continent, depuis sa réélection en mars dernier. Auparavant, il avait déjà effectué une première tournée de huit jours en Tanzanie, en Afrique du Sud et au Congo-Brazzaville, quelques jours seulement après son élection en mars 2013, et un second périple africain qui l'avait conduit au Zimbabwe et en Afrique du Sud, en décembre 2015.

Premier partenaire commercial de l'Afrique depuis 2009, la Chine ne ménage aucun effort pour élever le niveau des échanges avec le continent. En témoigne la valeur des stocks des investissements chinois en Afrique, qui est passée de 2,5 milliards de dollars en 2003 à 34,6 milliards en 2016, selon les données de la China africa research initiative. Ce qui représente une progression annuelle de 33% durant cette période. De plus, la Chine a déversé plus de cent quarante milliards de dollars en Afrique sous forme de prêts depuis l'an 2000, contribuant ainsi à stimuler la croissance économique et la création d'emplois dans les pays récipiendaires.

Notons aussi que dans le sillage de l'expansion des entreprises chinoises en Afrique ainsi que des financements qu'accorde la Chine pour la réalisation de plusieurs infrastructures, Pékin entend consolider ses relations avec les pays africains. Cette volonté a été réitérée dans le message que Xi Jinping avait adressé aux chefs d'Etat, lors du dernier sommet de l'Union africaine qui s'est tenu les 1er et 2 juillet à Nouakchott, en Mauritanie.

Les autorités chinoises espèrent que le prochain sommet Chine-Afrique, qui a pour thème « Construire ensemble une communauté de destin sino-africaine encore plus solide pour réaliser la coopération gagnant-gagnant », sera un moment propice pour redynamiser les relations bilatérales. C'est pour cela que Pékin s'engage à aligner ses interventions dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la route » avec ceux du continent, notamment l'agenda 2030 des Nations unies pour le développement durable ainsi qu'avec l'agenda 2063 de l'Union africaine et bien d'autres stratégies de développement des pays africains.

En savoir plus

L'ambassadeur du Sénégal prône un accroissement des investissements privés

L'ambassadeur du Sénégal en Chine, Mamadou Ndiaye, a souligné la nécessité… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.