20 Juillet 2018

Maroc: Polémique autour du hashtag #koun rajoulan, «sois un homme»

Au Maroc, c'est la saison de la plage et des polémiques. Un mot clé a fait son apparition sur les réseaux sociaux début juillet, #koun rajoulan, « sois un homme ». Et plus précisément, « sois un homme et couvre ta femme ». Si le message initial a été partagé par des milliers d'internautes, la campagne a aussi déclenché la polémique dans les médias et sur les réseaux marocains.

Pour eux, aller à la plage, c'est comme « entrer dans un hammam pour femmes ». Derrière le hashtag « sois un homme », des Marocains s'indignent de ce qu'ils considèrent comme des tenues indécentes. Exemple, les bikinis, les shorts et autres jupes courtes. Ils appellent donc leurs congénères à couvrir les femmes de leur entourage, faire en sorte qu'elles respectent la pudeur.

Sur les réseaux sociaux, les réactions ne se sont pas fait attendre. Il y a ceux qui approuvent et ceux qui qualifient le hashtag de paternaliste, misogyne, ou encore obscurantiste. Certains détournent le mot d'ordre : « sois un homme et contrôle tes pulsions », « sois une femme et fais ce que tu veux ».

Un collectif, Le Mouvement alternatif pour les libertés individuelles a même lancé un contre hashtag : « sois une femme libre », autrement dit, « libre de porter un maillot ou pas », « libre d'aller à la plage ou pas ».

En Algérie il y a trois ans, une campagne similaire, « sois un homme, voile ta femme », avait également provoqué un tollé.

Maroc

Accident ferroviaire mortel - Sept morts et plus de 80 blessés, selon un premier bilan provisoire

Les supputations allaient bon train pour s'expliquer la tragédie de Bouknadel Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.