19 Juillet 2018

Sénégal: Film « Haidar, l'homme qui plante des arbres » - Focus sur un fervent militant de l'écologie

L'Institut français de Saint-Louis a, au cours d'une matinée verte, projeté le film « Haïdar, l'homme qui plante des arbres », du réalisateur Dominique Hennequin. Un documentaire qui nous fait découvrir un homme engagé pour la cause de l'écologie.

Ce film est une promenade dans les confins de la verte Casamance, et également une flânerie à travers les mangroves tantôt drues, tantôt décrépies de Touboucouta, de Marsassoum ou Afiniam, entre autres.

Ce documentaire de Dominique Hennequin, ciselle davantage la certitude que l'on avait sur Ali Haïdar, un amoureux de la nature. La production évoque aussi la remontée du sel et la bataille que mène le militant écologiste. Il explique aux populations l'importance de la mangrove, une barrière naturelle contre la salinité des terres.

La mangrove est également importante pour sa capacité à permettre la reproduction des ressources halieutiques. Alors que les fleurs sont prisées par les abeilles pour le butinage et la production du miel, les oiseaux et autres animaux s'y cachent, pour davantage faire naître un bel écosystème.

La production nous mène à Affiniam, où l'on admire cette végétation amphibie, aux racines échasses et vigoureuses. Ici, des propagules sont cueillies pour alimenter Marsassoum et sa mangrove triste et glauque. Cette flore, faite de cimetière de troncs secs, victime de la poussée anthropique, contraste bien avec Affiniam. Pour éviter pareilles situations, la sensibilisation.

Haïdar El Ali discute avec les populations et leur demande d'être généreux avec l'arbre qui « nous donne de l'eau, des fruits, etc. ».

Respect de la nature

Dominique Hennequin nous plonge également dans l'antre de cet amoureux de la nature : la Casamance. L'homme est dans son élément, et il évoque ses batailles pour la nature. Pour M. Haïdar il faut rendre « pénales toutes ces actions contre l'environnement ». Aussi, rappelle-t-il, il faut des écologistes à l'Assemblée nationalepour porter ce combat.

Le documentaire nous fait découvrir la frontière gambienne, où des trafiquants de bois agissaient en toute impunité. Et Haïdar El Ali rend hommage à son réseau de sentinelles, qui l'informe de ces agressions.

Ici, personne ne plante, et tout le monde coupe. Des arbres qui ont mis une centaine d'années à grandir sont coupés en quinze minutes puis vendus à vil prix pour les marchés chinois.

M. Haïdar transmet sa fibre écologique à ces populations de Marsassoum, qui retournent la terre et attendent la pluie, avec le dessein de faire repousser la mangrove.

A ces actions, s'ajoutent des projections populairesdans les villages. L'objectif est de replanter pied par pied la mangrove. Une opération qui commence à porter ses fruits, avec 15. 000 ha plantés en 15 ans. La destinée de ce monsieur est forgée avec courage, endurance et patience.

Après ce film, une table-ronde s'est tenue en présence du réalisateur, d'Ali Haïdar, de Mouhamed Baye Diop, secrétaire général des tradipraticiens de Saint-Louis, de Daniel Manga, chef de l'Inspection régional des Eaux et Forêts, Charles Ndiaye, secrétaire général de l'association Sos Langue de Barbarie, entre autres. Tour à tour, ils se sont réjouis de la qualité du film, tout en rappelant l'engagement d'Ali Haïdar pour la protection de l'écosystème. Certains ont plaidé pour une utilisation efficiente des arbres par les tradipraticiens.

Au finish, un fort plaidoyer a été fait pour que des engagements fermes soient pris. Pour Haïdar El Ali, ceux-ci doivent coller au vocable : « Quand tu manges le fruit, plante la graine... ».

Sénégal

Equipe type de Premier League - Avec Sadio Mané, sans Mohamed Salah

Déjà nominé pour le titre de meilleur joueur de Premier League, Sadio Mané se voit… Plus »

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.