20 Juillet 2018

Cameroun: Paul Biya/Robert Fabre - La filière banane au menu

Reçu hier en audience au Palais de l'Unité par le président de la République, Paul Biya, le PDG de la Compagnie fruitière de Marseille a annoncé un nouveau plan d'investissement pour accroître la productivité et la compétitivité.

Le PDG de la Compagnie fruitière de Marseille veut donner une nouvelle impulsion à la production de la banane dessert au Cameroun après une période grise due à la baisse des prix sur le marché européen. C'est la quintessence de l'audience que le président de la République a accordée hier à Robert Fabre au Palais de l'Unité.

L'entrevue de près d'une heure entre le chef de l'Etat et l'industriel français a permis aux deux hautes personnalités de faire un tour d'horizon sur la situation de la filière banane dessert au niveau du marché mondial en général et au Cameroun en particulier.

La Compagnie fruitière est présente au Cameroun à travers les Plantations du Haut Penja, leader de l'industrie de la banane au Cameroun. Robert Fabre est un habitué du Palais de l'Unité. En décembre 2012, il avait été reçu en audience par le chef de l'Etat.

Au sortir de l'entretien avec le président de la République, il a évoqué quelques contours de ce nouveau plan de relance de la filière.

« Le moment est venu de renvoyer une forte énergie dans le secteur de la banane afin de partir sur une nouvelle période de croissance et une période d'investissement de manière à repartir à la conquête des nouveaux marchés européens et africains», a souligné l'industriel français.

Pour réaliser cette ambition qui permettra ainsi à la banane camerounaise d'être prisée sur le marché, le PDG de la Compagnie fruitière souhaite que les secteurs public et privé qui sont complémentaires dans la production de la banane au Cameroun « reçoivent des financements complémentaires pour accroitre leurs capacités de production et la qualité de leur production ».

Selon Robert Fabre, la conjoncture actuelle est favorable à ce nouveau plan d'investissement et souhaite que cette nouvelle opportunité qui se présente soit saisie à temps. Le nouveau plan de relance explique-t-il, ne tardera pas à se mettre en place.

Selon ses projections, les financements seront bouclés d'ici au mois de septembre et le plan de relance sera implémenté juste après. La filière banane dessert au Cameroun a connu une baisse de régime depuis quelques mois.

Cette baisse observée au niveau des exportations est consécutive à la contreperformance de la Cameroon Development Corporation (CDC), l'agro-industriel public numéro 2 du marché local de ce fruit.

Selon les chiffres de l'Association bananière du Cameroun (Assobacam), les exportations de banane de la CDC ont culminé au premier trimestre 2018, à 11 631 tonnes seulement, contre 26 840 tonnes au premier trimestre 2017, soit une baisse drastique de 15 209 tonnes.

Dans la même période, la PHP a, à elle toute seule, exporté 45 064 tonnes de bananes, sur des exportations globales de 59 149 tonnes, soit près du quadruple des volumes exportés par la CDC.

Les Plantations du Haut Penja (PHP), filiale camerounaise de la Compagnie Fruitière de Marseille, dominent la production de la banane dessert au Cameroun.

Cameroun

Nord-Ouest, Sud-Ouest et Ouest - Aucune situation de famine

Lors d'un point de presse hier, le ministre de l'Agriculture et du Développement rural est revenu sur la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.