21 Juillet 2018

Tunisie: Requiem et recueillement ... dans la bonne humeur !

Avec son habituelle exigence d'écoute, sa spontanéité étudiée et ses rappels à l'ordre bien à lui, il a taquiné le public tout en lui offrant de beaux moments de recueillement, comme celui devant son poème d'amour « Inni astafiki ».

L'ambiance s'est ensuite enflammée dès les premières notes de l'incontournable « Montasiba al kamati amchi », et s'est adoucie avec « Ya bouliss el ichara ». Un programme musical qui a été présenté ainsi en alternance, tressé entre musique et chant, moments d'élévation et de jovialité. Une tresse qui se resserre par moments, se défait dans d'autres pour donner l'œuvre harmonieuse d'une soirée placée sous le signe du renouveau.

Le répertoire des débuts de l'artiste, devenu un classique, est en effet, entré dans le laboratoire musical de Marcel Khalifa qui l'empêche de lasser ou de se laisser dépasser. Une œuvre à trois mains, où le pianiste virtuose et fils de l'artiste, Rami, et le talentueux percussionniste Aymeric Westrich s'emparent de ces classiques, dont l'âme reste le Oud de Marcel, pour les emmener sur un terrain plus jazz oriental et parfois même rock.

Le synthétiseur de Rami Khalifa y est pour beaucoup, donnant une touche sophistiquée et expérimentale aux compositions très élaborées de son père, comme dans « Requiem », dédié aux cités arabes, qui commence, explique l'artiste, par un son funéraire pour finir sur une touche d'espoir. Un titre remarquable dans sa composition, son arrangement et son interprétation, qui renouvelle l'art de Marcel Khalifa tout lui conservant son essence engagée. Un projet qu'il a résumé lors de sa conférence de presse comme suit : « Je ne chante pas pour changer le monde, mais pour éclairer un tant soit peu l'obscurité du monde ». Une bougie dans le noir offerte à un public qui a su en maintenir la flamme.

Autre moment fort de la soirée, celui où Marcel Khalifa a interprété une nouvelle chanson en tunisien, écrite par notre poète Adam Fethi et composée sur le « maqam rast », une semaine avant l'arrivée de l'artiste libanais en Tunisie. La chanson, qui célèbre les martyrs, le courage et la persévérance des Tunisiens, était principalement en arabe littéraire mais elle a fait son effet, et Marcel et Adam, qui étaient présents, ont été longtemps applaudis. La soirée s'est achevée sur trois titres de Marcel des origines : « Ommi », « Jawaz safar » et « Ya bahreya »... hela hela !

Tunisie

Ligue des champions / Espérance Tunis - Al Ahly, attraction du jour

Début ce vendredi de la 5è journée de la phase de groupes de la Ligue des champions de la CAF. 4… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.