21 Juillet 2018

Tunisie: La nouvelle équipe municipale annonce la couleur

Premier conseil municipal élu démocratiquement depuis la révolution, la nouvelle troupe, conduite visiblement de main de maître par M. Adnène Bouassida, se distingue par la mosaïque des tendances politiques qu'elle compte en son sein, avec la présence d'édiles représentant pratiquement tous les partis, ainsi que les indépendants.

Un atout non négligeable, dans la mesure où aucune force ne pourra y faire cavalier seul. D'ailleurs, nous en avons eu goût lors de la pourtant difficile opération de répartition des tâches, le «gâteau» ayant été finalement partagé équitablement, ou presque. Allons maintenant sur le terrain pour dire que le nouveau conseil municipal est appelé à faire ce que l'expérience de la délégation spéciale qui l'avait précédé n'a pu faire. C'est-à-dire réussir là où l'autre a échoué. Une mission qui ne s'annonce pas de tout repos, eu égard aux nombreux chantiers à ouvrir et aux tas de rectificatifs à apporter. Le principal défi à relever est inhérent à l'environnement. Volet où la commune de Raoued est considérée, à juste titre, parmi les municipalités les plus vulnérables du pays.

Et cela pour moult raisons, dont l'immensité de son territoire, son expansion urbaine non-stop qui s'opère au détriment d'une vocation agricole, le développement des phénomènes des constructions anarchiques et des chiens errants, ainsi que les éternels problèmes de la voirie, sans compter la «psychose» des réseaux d'assainissement des eaux pluviales et des eaux usées, d'où les inondations qui frappent, à chaque saison hivernale, plusieurs cités populaires, notamment celles d'Enkhilet, Jaâfar, Sidi Amor, Aïchoucha, Raoued et, à un degré moindre, El Ghazala.

De surcroît, il va falloir en finir avec la non moins épineuse question de l'invasion estivale des moustiques. Une question complexifiée par les nombreux oueds (rarement curés) qui traversent la commune, d'une part, et par la proximité de la station d'épuration de l'Onas, d'autre part. Ah, j'allais oublier un énième défi mis en jeu, à savoir la circulation devenue, il est vrai, de plus en plus asphyxiante, tant au niveau des principaux axes routiers qu'à l'intérieur des cités. Enfin, un dernier chat à fouetter : les bras de fer qui perdurent entre la municipalité et «son» syndicat de l'Ugtt dont l'influence et le pouvoir, de plus en plus élargis, ne sont plus à démontrer, au dam d'une bonne partie du personnel de la mairie qui s'en est durement touchée! Un sujet brûlant sur lequel nous reviendrons un jour pour le démystifier.

Opération séduction

Sans doute consciente de la lourdeur de la tâche qui l'attend, la nouvelle équipe municipale n'a pas tardé à annoncer la couleur, plus prématurément que prévu. Ainsi, l'autre jour, le nouvel homme fort de la commune a-t-il été surpris, flanqué de quelques-uns de ses adjoints, sur le terrain où, mettant la main à la pâte, ils ont pris part à une opération de propreté, suivie le lendemain d'une série de visites inopinées dans les quatre arrondissements municipaux et dans les services qui en dépendent. Le tout entrecoupé de contacts directs avec les habitants croisés çà et là. Et, ma foi, c'est de bon augure, même si nous demeurons persuadés qu'une opération séduction ne l'est que si elle est traduite par des mesures concrètes et réalisables.

Bon vent!

Tunisie

La plainte déposée par Slim Riahi pour complot contre la sécurité classée sans suite (Justice militaire)

Le procureur général de la justice militaire a décidé de classer sans suite la plainte… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.