22 Juillet 2018

Cameroun: Un prêtre tué en zone anglophone

Photo: RFI/OR
Les soldats de l'armée de terre camerounaise déployés (archive)

La situation dans le Cameroun anglophone se détériore de jour en jour. Nouvelle victime : un prêtre a été tué vendredi. Le curé de la paroisse catholique de Bomaka, un quartier de Buea, la capitale de la région du Sud-Ouest a été abattu par des individus non identifiés.

Vendredi, aux alentours de 16-17h locales. Le père Alexander Sob, se rendait dans sa maison familiale à Muyuka, à 25 km au nord de Buea. « Il était en voiture avec deux amis à lui », raconte le révérend Asek Bernard, vicaire général du diocèse de Buea. « En plein centre-ville, il se sont retrouvés au milieu d'échanges de coups de feu » poursuit-il.

La voiture a ralenti. Puis elle s'est arrêtée. Mais les balles ont continué à fuser.

Le curé de la paroisse de Bomaka, en a reçu deux. Une dans le flan, l'autre en plein coeur. Il est décédé peu de temps après, alors qu'un boutiquier le transportait à l'hôpital de Muyuka.

Accident ou assassinat ? Meurtre imputable aux militants séparatistes ou aux forces gouvernementales ? Le révérend Bernard est amer. « Les deux parties assurent qu'elles ne sont pas responsables », s'indigne-t-il.

La sécurité dans les deux régions anglophones s'est considérablement dégradée ces derniers mois. Et l'Église catholique, favorable au dialogue pour résoudre la crise, se retrouve doublement prise pour cible. Les militaires la soupçonnent de protéger, voire de soutenir les séparatistes. Séparatistes qui, à l'inverse, suspectent les prêtres d'abriter des Camerounais favorables à Yaoundé.

Cameroun

CAN U17 - Qui seront les finalistes ?

Jour de demi-finales ce mercredi à la CAN U17, Tanzanie 2019. Après avoir décroché leur… Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.