Afrique: Périple africain de Xi Jinping - La Chine en grande conquérante !

Photo: Le Pays
Le président chinois, Xi Jinping avec son homologue sénégalais Macky Sall.
22 Juillet 2018
analyse

Si pour les Occidentaux, l'Afrique est un conglomérat de « pays de merde », il en va autrement pour les Orientaux qui y voient pourtant une « terre d'opportunités ».

On comprend dès lors, pourquoi d'année en année, Japonais, Chinois, Indiens, etc., se bousculent au portillon du continent noir. Et pendant qu'on y est, le président chinois, Xi Jinping, vient d'entamer un périple d'une semaine environ en terre africaine.

Après le Sénégal où il a été accueilli en grande pompe, le dirigeant chinois séjourne actuellement au Rwanda où il rencontrera son homologue, Paul Kagamé. Il est ensuite, tour à tour, attendu en Afrique du Sud et en Ile Maurice.

La Chine en grande conquérante ! C'est le moins que l'on puisse dire quand on sait que cette visite du numéro un chinois intervient quelques mois seulement après que le Burkina Faso a décidé de tourner le dos à Taïwan. C'est dire qu'à l'exception du Swaziland, la quasi-totalité des pays africains coopèrent actuellement avec la République de Chine populaire.

Sans doute Taïwan doit-elle en être amère ; elle qui, pendant des décennies, voit partir, les uns après les autres, ses alliés à travers la planète au point que finalement, elle se retrouve presque sans soutien aujourd'hui.

C'est pourquoi d'aucuns n'hésitent pas à dire qu'elle est victime de la diplomatie du plus fort pour ne pas dire tout simplement, de l'activisme de la Chine populaire qui n'a jamais d'ailleurs caché sa volonté de lui tailler des croupières. Et cela passe par des actions concrètes.

Après avoir marqué son territoire en Afrique, le président chinois entend à présent le sécuriser

Car, dit-on, s'il est vrai que comme les Taïwanais, les Chinois ne s'embarrassent pas de conditionnalités dans leur coopération avec les pays africains, il reste entendu que ces derniers ont la particularité de cracher sans sourciller au bassinet.

Autrement dit, les Chinois donnent plus qu'ils ne prêtent de l'argent. Ce qui n'est pas pour déplaire aux dirigeants africains qui savent tendre la sébile. Ceci pouvant expliquer cela, on peut dire qu'après avoir marqué son territoire en Afrique, le président chinois, à travers cette tournée, entend à présent le sécuriser.

En témoignent les nombreux accords bilatéraux qui seront signés en terre africaine. Et ce n'est pas tout. Bientôt aura lieu le forum sino-africain à Beijing, qui donnera l'occasion au dirigeant chinois de renforcer et de dynamiser sa coopération avec le continent africain et ce, dans un cadre beaucoup plus formel. C'est de bonne guerre.

Car, la Chine, faut-il le rappeler, en plus d'être la deuxième puissance mondiale, est considérée comme le premier partenaire commercial de l'Afrique dans son ensemble. Cela peut s'observer à travers la présence massive d'entreprises chinoises sur le continent.

A y regarder de très près, on se demande parfois si la Chine, par endroits, ne dame pas le pion à certaines anciennes puissances coloniales.

C'est le cas, par exemple, du Sénégal où avec un volume d'échanges de deux milliards de dollars en 2016, elle se positionne comme deuxième partenaire après la France.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.