23 Juillet 2018

Cameroun: Dossiers de candidatures - L'examen a commencé

Photo: Capital FM
Un citoyen entrain de voter

Le Conseil électoral a ouvert la procédure vendredi dernier à Yaoundé.

28 candidatures à scruter. Et au bout du processus, la liste des présidentiables, sous réserve de l'ultime décision qui viendrait du Conseil constitutionnel en cas de recours. Le Conseil électoral est à pied d'oeuvre depuis vendredi à Yaoundé, dans le cadre d'une session de plein droit.

Les travaux ont été ouverts par le président du Conseil électoral (PCE), Enow Abrams Ebge, en présence du directeur général des Elections, Erik Essousse.

La tenue d'une session ordinaire de plein droit est régie par loi N°2012/001 du 19 avril 2012 portant Code électoral, modifiée et complétée par la loi N°2012/017 du 21 décembre 2012. L'article 19, alinéa 1 dispose en effet qu' « en période électorale, le Conseil Électoral se réunit aussi souvent que nécessaire. »

A l'alinéa suivant, il est indiqué que dès la convocation du corps électoral, cet organe se réunit au moins une fois tous les 15 jours. Pour ce qui est des enjeux de cette session, ils sont connus de tous. Et l'article 126 de la loi sus-évoquée précise qu'il est question « d'arrêter et de publier la liste des candidats », à l'élection du 7 octobre prochain.

Car, le Conseil électoral peut accepter ou déclarer irrecevable une candidature. Cette décision est motivée par l'examen minutieux des pièces qui constituent les dossiers. La moindre n'est pas l'original du reçu de versement du cautionnement de 30 millions de F.

Par ailleurs, le Conseil électoral devra s'assurer que les candidats dits « indépendants » ont effectivement pu réunir « au moins 300 signatures de personnalités originaires de toutes les régions, à raison de 30 par région et possédant la qualité soit de membre du parlement ou d'une chambre consulaire, soit de conseiller régional ou de conseiller municipal, soit de chef traditionnel de premier degré. »

En cas de rejet, la notification de la décision motivée doit être faite à l'intéressé par le directeur général des Elections. Par la suite, la loi prescrit qu'une copie de ladite décision soit « immédiatement communiquée au Conseil constitutionnel. »

Pour cet exercice, Enow Abrams Egbe a appelé les membres à la rigueur et l'objectivité. Pour le PCE, le travail de l'organe qu'il préside doit contribuer à crédibiliser davantage le processus électoral et renforcer le consensus sur le déroulement de la présidentielle.

A l'issue de ce processus, les candidatures rejetées ou la publication de la liste de candidatures peut faire l'objet de recours auprès du Conseil constitutionnel. Ce, dans un délai maximum de deux jours suivant la décision du Conseil électoral. Pour l'instant, les travaux

En savoir plus

Présidentielle au pays - Massif soutien du G20 à la candidature de Paul Biya

Une coalition de 20 partis de l'opposition a annoncé hier, vendredi 20 juillet, à Yaoundé son… Plus »

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.