23 Juillet 2018

Tunisie: Hausse par-ci, hausse par-là

Faites vos comptes

Un organisateur de galas et de noces qui a pignon sur rue ne mâche pas ses mots en évoquant les coûts des mariages d'aujourd'hui. Jugez-en : pas moins de 5 mille dinars pour le seul orchestre, entre 3 et 6 mille dinars pour chaque chanteur, 500 à 800 dinars pour la danseuse alors que le coût de la production de l'humoriste varie entre mille et 2 mille dinars.

L'autre formule appliquée par notre interlocuteur consiste en un package qui oscille entre 10 et 26 mille dinars incluant la venue de la troupe accompagnée de ses chanteurs ! Pour notre interlocuteur bien assis dans ce domaine, «la hausse considérable de ces tarifs s'explique par la cherté de la vie que connaît le pays. En ce sens que le seul membre de mon orchestre que je faisais venir dans un passé récent pour 50 dinars exige aujourd'hui jusqu'à 200 dinars.

Un chanteur de renom a vu sa prime tripler en l'espace de seulement deux ans. Et surtout, ne me parlez pas de nos superstars de la scène aux exigences financières de plus en plus faramineuses. La location du matériel sono n'est pas en reste, pour avoir doublé en quelques mois, sans compter la montée galopante des coûts du transport de la troupe et de ses équipements».

Et de conclure en jouant l'avocat de son métier. «Si le phénomène de la hausse des prix, se défend-il, est généralisé à tous les secteurs de la vie active, il est inévitable et tout à fait normal qu'il touche également le nôtre, surtout que tout le monde sait, de tradition, que dans notre spécialité, nous travaillons en été et chômons le reste de l'année».

Selon les cas

Ceci volet animation. La «folie dépensière» est également perceptible au niveau des autres préparatifs, particulièrement celui de la consommation. En effet, pour ne pas décevoir ses invités, l'heureux couple d'une soirée ne lésine pas sur les moyens, en choisissant des pâtissiers de renom pour passer les commandes en sucreries et salés. Coût de l'opération de séduction : pas moins de... cinq mille dinars avec des variables selon les quantités, les goûts et les capacités financières du client.

Dans certains mariages sulfureux où toutes les folies sont permises, ce chiffre peut tripler! En revanche, les noces des familles au moyen standing sont beaucoup plus sages : un petit orchestre (populaire de préférence), pas de vedettes de la musique, des sucreries préparées à la maison et juste une salle des fêtes à louer. Pour d'autres familles, ni ceci, ni cela, puisqu'elles se contentent de noces à la municipalité.

Là où la hausse, bien que continue, du tarif de location est naturellement facilement supportable. «Pour moi, rien ne vaut un mariage à la mairie dont on peut tirer un avantage financier certain à mettre à profit pour financer le voyage de noces», estime un père de famille qui affirme être «un opposant radical aux mariages en grande pompe, dictés par un sens aigu du snobisme et du "m'as-tu vu?", ce que je considère comme du pur gaspillage».

Dans ce contexte, nous estimons que deux styles s'opposent. Le premier est celui des familles aisées qui ne se lassent pas des noces sulfureuses et manifestement onéreuses : hôtel 5 étoiles, productions de stars de la chanson tunisiennes et étrangères, menu copieux, barbecue au bord de la piscine, bouteilles de liqueurs à gogo et, à titre de dessert, un lointain et coûteux voyage de noce en Asie ou aux USA. L'autre style est représenté par les familles de moyen standing, qui acceptent même de... s'endetter, pourvu qu'elles imitent les riches! Et demain, il fera jour...

Tunisie

Les Pharaons chassent le signe indien

Cela faisait seize ans - une éternité !- que l'Egypte n'avait pas battu la Tunisie dans un match officiel.… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.