Angola: La ministre kényane suggère d'investir dans les jeunes

Luanda — La ministre d'État et des Affaires étrangères et Commerce international du Kenya, Monica Juma, a déclaré lundi qu'il était important d'investir dans l'éducation et dans la jeunesse pour promouvoir le développement et le changement des mentalités afin de mieux catalyser l'avenir de l'Afrique.

Développant le thème « Appel à l'avenir de l'Afrique » à la Faculté de droit à Luanda, Monica Juma a précisé que cette la couche de la société était le centre de transition, à travers l'intériorisation de la construction de la conscience, de l'identité et de la fierté de leur continent.

Elle a indiqué que dans son pays le revenu pour l'éducation était en troisième place dans le Budget de l'Etat, encourageant les autres états à faire de même, afin de créer des futurs leaders, capables de diriger le continent vers le rêve désiré.

"L'indépendance des pays africains dans les années 1960 et 1970 a apporté de l'espoir et l'anxiété au développement et au potentiel que nous avons. Nous sommes confrontés à des défis internes et externes. En dépit d'être le continent le plus riche du monde, ses habitants continuent d'être les plus pauvres et leur économie est précaire et sous-développée", a-t-elle souligné.

La ministre a dit que les guerres, les maladies, le vol de ressources, les actes de crimes internationaux caractérisaient l'Afrique comme "un continent malade". "Les littératures parlent d'un continent perdu, et il est nécessaire de démystifier ce concept", a-t-elle conseillé.

"C'est une analyse du passé et erronée, nous sommes dans une nouvelle ère, il y a des défis politiques, car des pays comme le Kenya, le Libéria, l'Afrique du Sud, l'Ethiopie, le Zimbabwe et l'Angola ont déjà réalisé un processus de paix tranquille", a-t-elle souligné.

La ministre d'État et des Affaires étrangères et Commerce international du Kenya, Mónica Juma, est titulaire d'un doctorat en philosophie de l'Université d'Oxford, d'une licence en arts de l'Université de Nairobi et d'un certificat en études sur les réfugiés en Oxford.

La angolaise ministre de l'Enseignement supérieur, Science et Technologie et l'Innovation, Maria Sambo, des membres du gouvernement angolais, des étudiants et des invités ont participé à l'événement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.