24 Juillet 2018

Afrique: Lutte contre le SIDA - L'argent fait défaut...

La Conférence internationale ouverte hier à Amsterdam, préconise plus de vigilance et de nouveaux financements.

La communauté des chercheurs et des associations de lutte contre le sida redoute un rebond de l'épidémie dans plusieurs pays. C'est le fil conducteur du plaidoyer au programme toute cette semaine à l'occasion du grand rendez-vous biennal dédié à l'épidémie du sida.

D'après les dernières statistiques, 36,9 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde et le nombre d'infections baisse pour la première fois depuis de nombreuses années. Toutefois, ces chiffres ont paradoxalement entraîné un relâchement dans la prévention dans plusieurs pays.

Ce qui fait craindre un rebond de l'épidémie. C'est la raison pour laquelle, des célébrités et 15 000 experts et militants restent mobilisés pour faire le point sur l'évolution des choses.

Aujourd'hui il est question de renforcer la prévention. En effet, alors que la situation s'améliore globalement dans le monde, les infections sont en hausse dans une cinquantaine de pays. Plusieurs facteurs favorisent cet état des choses : une insuffisance de la prévention et des législations trop répressives contre des populations à risque (homosexuels, toxicomanes) notamment.

Par ailleurs, la baisse des financements internationaux pour lutter contre l'épidémie suscite de nombreuses inquiétudes.

Ainsi pour le chercheur américain Mark Dybul, ancien dirigeant du Fonds mondial, « nous allons avoir des problèmes si nous n'avons pas davantage d'argent ». A ce sujet selon l'Onusida, en 2017, 20,6 milliards d'euros étaient consacrés à des programmes de lutte contre le sida dans les pays à faible et moyen revenu, qui en financent eux-mêmes 56%. Mais aujourd'hui, il manque 7 milliards de dollars par an pour faire face au péril. Depuis ses débuts en 1996, l'Onusida pilote et inspire les leaderships locaux, nationaux, régionaux et internationaux, l'innovation et les partenariats pour faire reculer le sida. Dans sa démarche, il implique les personnes vivant avec le VIH dans les prises de décisions relatives à la conception, à la réalisation et au suivi de la riposte contre la maladie.

Mais son action est tributaire des financements internationaux, pour mettre fin à l'épidémie de sida comme menace de santé publique d'ici à 2030 dans le cadre des Objectifs de développement durable.

En savoir plus

Santé - La question du financement préoccupe la Conférence internationale sur le SIDA

Réunis à Amsterdam, en Hollande, jusqu'au 28 juillet, les experts et militants ont évoqué… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.